Attou cœur

téléchargementUn spectacle qui porte bien son nom que ces « Petites histoires.com » présenté hier en soirée à la M.J.C. de Rodez par la Compagnie Accrorap. Une succession de petites séquences de nostalgie douce, de  poésie feutrée et de légèreté ouatée pour illustrer un regard tendre et affectueux sur l’enfance avec des danseurs urbains qui maitrisent aussi bien le hip-hop ou  la break dance que les saltos et autres sauts périlleux dignes des arts du cirque. Pour tout décor une énorme clepsydre en avant-scène et dans le fond une ligne de vie symbolique sur laquelle sont suspendus tour à tour des vêtements qui sèchent, des bouquets de fleurs, des feux d’artifice etc…et comme accessoires, des ballons de baudruche, des plumes, un vélo avec ses petites roues, un tricycle, un véhicule téléguidé, un masque de Dark Vador entre autres… tout un univers ludique de jouets, de jeux et de candeur revisité avec beaucoup de grâce, de délicatesse et de subtilité par les six artistes qui rivalisent de puissance, de  décontraction ou d’humour c’est selon, pour faire de ces petites pastilles visuelles des madeleines de souvenirs embués. Des costumes soignés et très classe mais sans ostentation, la convivialité et la complicité rayonnantes, on se glisse avec bonheur dans ces moments chaleureux. De temps en temps, quelques repères sur le monde extérieur en voix off  ou des confidences intimistes mezzo voce de la part d’un des protagonistes pour inscrire ces moments d’insouciance joyeuse dans la mémoire partagée par tous. Ces chorégraphies tutoient les sommets tant sur le plan émotionnel qu’esthétique. Les mouvements d’automates ou de lapins Duracell font écho aux personnages aériens de Folon ou aux clins d’œil de cinéma qui irriguent cette création magnifiquement réglée par Kader Attou.  Une troupe métissée  rehaussée par la présence de sa propre fille Nour, Lumière, laquelle par sa présence malicieuse, son sourire et sa fraîcheur transcende ce spectacle pétri de pudeur, de respect et de fraternité. Une citation du dessinateur belge qui a enchanté pendant des années de nombreux génériques télévisuels, résume à merveille ce spectacle: « Je n’ai rien inventé puisque je dois tout à tout le monde, j’ai seulement essayé de fixer mes propres rêves avec l’espoir que les autres y accrochent les leurs. »
Rien à ajouter. Parfait.

Cet article, publié dans Divers, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s