Fée du logis

téléchargement (5)Oubliée la vision toute de sucre et de miel de Walt Disney des années 50, oubliée la transcription de Perrault laquelle fait des ravages dans les écoles maternelles, mieux vaut penser aux paroles de  Jean-Louis Aubert, car la pièce de théâtre de Joël Pommerat s’en approche question ambiance. Son texte « Cendrillon » où d’ailleurs l’héroïne principale ne porte même pas ce nom, est une transposition totalement iconoclaste, laquelle ne laisse ici et là que quelques vagues bribes pour se rattacher de loin en loin à ce mythe qu’il se plait à dézinguer à tout va. La version jouée hier en clôture du festival Novado par les élèves de terminale du lycée Jean Vigo de Millau option théâtre explose littéralement chacun des protagonistes: du père visage entièrement blanc en costume noir ce qui lui donne une allure de spectre ambulant, la marâtre castratrice métamorphosée en travelo décadent, les deux demi-sœurs chipies patentées démultipliées jusqu’à la nausée, le prince charmant freluquet de pacotille au déhanché bouffon,  la fée souvent complètement dépassée  etc… seul le personnage central semble un minimum tenir la route … quoique car son côté maso compulsive incapable de faire son deuil laisse ouvert nombre d’hypothèses guère réjouissantes. C’est dire si avec une telle trame les ados s’en sont donné à cœur joie dans le style boursouflé et outrancier. Des costumes flashy et d’un goût douteux sortis tout droit d’une friperie, des musiques explosives renforcées en live de percussions sur un fût métallique ou de riffs sanglants à la guitare électrique, les quelques meubles utilisés plus proches de la décharge publique que d’une chambre lambda, et la mise en scène de Sarah Carlini et Philippe Flahaut où la provoc décalée  tient lieu de leitmotiv, tout concourt pour faire de ce spectacle un condensé d’univers destroy pour  punks en goguette à moins que ce soit des junkies en manque… Dans le genre c’est plutôt réussi même si parfois le décalage satirique touche au surjoué par trop accentué, mais au moins une telle représentation dynamite-t-elle ce conte que l’on connait tous…   Alors avec énergie et enthousiasme pourquoi pas?

 

Publicités
Cet article, publié dans Théâtre, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s