Ni dieu, ni maître

Les nantis, les fachos,                                                                                                                           Bourgeois sans idéaux,                                                                                                                             Les traîtres, les barjots,                                                                                                                       Pour eux, pas de cadeau.

Ils leur tombent sur le dos,                                                                                                             C’est la faute à Nico,                                                                                                                         Prêts à leur faire la peau,                                                                                                                 C’est la faute à Frédo.

Leurs chansons, leurs bons mots,                                                                                                 Tapent vraiment franco                                                                                                                         Sur les fadas, les zozos,                                                                                                                           Les réacs démagos.

Sont vraiment pas jojos,                                                                                                                       Tous ces cons, ces salauds,                                                                                                                    Un monde sans libido,                                                                                                                         Ce serait vraiment pas beau.

téléchargement (2)

Sans ses sœurs, ni frérot,                                                                                                                       Les Ogres, c’est bien beau,                                                                                                                 Quand il chante Renaud,                                                                                                                     Fred le fait en solo.

Ce n’est pas rococo,                                                                                                                           Presqu’un oratorio,                                                                                                                                 Des rythmes au cordeau                                                                                                                         En l’honneur des prolos.

images

En guise d’apéro,                                                                                                                                       Un type très rigolo,                                                                                                                                   Humour méli-mélo                                                                                                                               Le Père Blaise, dit Nico.

Des textes ou d’sa philo,                                                                                                                         On devient vite accro,                                                                                                                       Fringué comme un poulbot,                                                                                                                   La guitare anarcho.

Lui succède Frédo,                                                                                                                                 La gouaille crescendo,                                                                                                                              Tel un fier maestro,                                                                                                                                 Il met l’feu au studio.

Brassens en memento,                                                                                                                   Pierre Perret subito,                                                                                                                                La musique allegro,                                                                                                                               Le public vibrato.

Nico, Frédo, Renaud,                                                                                                                               Un concert furioso,                                                                                                                               Oc live est au tempo                                                                                                                                 Pour une soirée dingo.

L’amitié, le bistrot,                                                                                                                               L’Bataclan, le restau,                                                                                                                             C’est la vie en écho….                                                                                                                               Et encore bravo!

 

Publicités
Cet article, publié dans Musique, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s