Persée folies

téléchargement (1)L’ambition est louable, le pari ambitieux et la barre haut placée, trop peut-être… Ce n’est pas évident que de prendre à bras le corps la biographie de Persée, icone fameuse entre toutes de la mythologie grecque et la transcender vivante, malicieuse et survoltée… La Compagnie d’ACéTés a essayé de relever le défi. Un comédien seul sur scène, en tunique orange, version soft de Guantánamo, pour incarner tous les personnages et ils sont nombreux dans cette odyssée, et un musicien avec son ordinateur pour enrober de sonorités aussi variées que possible toute cette aventure. « On veut Persée !», présenté hier à la Maison des Jeunes de Rodez dans le cadre de Novado, c’est vraiment un résumé assez exhaustif de toute la vie de ce héros au destin aussi tragique qu’incertain mais le parti pris d’en faire un conte foutraque débordant en tous sens n’est pas franchement abouti. Les deux artistes se confrontent à la nécessité de faire preuve de beaucoup d’inventivité, de  présence scénique et de rigueur, un cocktail pas facile, qui plus est sans accessoire. Près d’une heure et demie en équilibre très fragile pour ce spectacle, lequel entremêle expression corporelle, mime, bruitage, parodie, autodérision, humour décalé etc…Sauf que la limite est mince, vraiment très mince entre loufoquerie burlesque et atmosphère ridicule, gesticulation outrancière et bavardage à contre-emploi, jeux de mots potaches voire vaseux et tirades surjouées. Cette recette lourde d’ingrédients multiples a du mal à prendre et l’on reste souvent  extérieur voire dubitatif. On peine à suivre toutes les péripéties qui jalonnent la trame de cette vie tumultueuse que l’on voit ou plus exactement que l’on essaye d’imaginer. Bafouillages et roulements d’yeux, timbre de voix modulé et mimiques trop souvent excessives, on ne sait que penser et aussitôt l’intrigue s’emballe de hurlements ou d’envolées surdimensionnées… autant dire que cette tragédie grecque nous laisse médusés. Les anachronismes qui devraient raviver l’attention mollissante des spectateurs ou  les clins d’œil contemporains tombent souvent à coté,  ce qui laisse le public « de marbre »…                                                                                             Dommage car cette épopée ne manque ni de souffle ni de rebondissements.

Publicités
Cet article, publié dans Divers, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s