Ban public

téléchargement (1)Ils se sont connus lors d’un carnaval chez elle, au fin fond de la Bretagne, il revient la voir chaque année à la même période et aussi pendant les vacances d’été. Il voudrait la rejoindre et s’installer ici, lui qui rêve de bateaux et va se spécialiser dans la charpente de marine… sauf qu’elle, elle cherche absolument à quitter son Finistère et pour cela entreprend des études au long cours en astrophysique, l’occasion de vivre l’aventure, qui plus est américaine avec ses mythes Nasa et autres missions planétaires… Lever de rideau, les tourtereaux sont assis sur un banc, face à la mer, échangeant banalités ou souvenirs, pensées chimériques et perspectives incertaines. Ce sera pour les spectateurs disposés frontalement sur la scène de La Baleine, de part de d’autre d’une piste genre défilé de mode ou rails pour travelling cinéma, le début d’un voyage, entre temps et espace, possible ou probable, passé nostalgique, présent hésitant et avenir énigmatique, sentiments naissants ou contrariés, fougue de jeunesse ou maturité plus ou moins assumée… Cette proximité avec les deux acteurs, mais aussi la présence de l’accessoiriste à vue dans un rôle ambigu de deus ex machina qui interagit en permanence sur la relation aérienne qui se tisse entre les deux héros, ce dispositif très ingénieux et un décor minimaliste souvent plongé dans la pénombre troué çà et là par la lumière impersonnelle de lampadaires publics, tout installe une atmosphère irréelle propice à tous les possibles. « À la renverse » un texte exigeant de Karin Serres par le Théâtre du Rivage, le bien nommé, suit ainsi les trajectoires en équilibre instable de ce duo en devenir entre promesses sans limite et réalité moins illusoire dont aucun ne sortira indemne. L’enthousiasme et l’invulnérabilité de la jeunesse se confrontent à des destins plus fluctuants, où chacun essaie du mieux qu’il peut d’alimenter, même à distance, la ferveur de sentiments fragiles. Une réflexion en abîme qui entrouvre des portes et laisse à chaque spectateur la liberté de traverser ou non le miroir, une pièce qui vibre du rythme imprévisible de la vie, entre surprises et aléas. Novado coeur de cible.

Publicités
Cet article, publié dans Théâtre, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s