Sikh et nunc

téléchargementParmi les devises gravées à l’entrée du Temple d’Or, au cœur de la ville d’Amritsar située au Penjab, dans le nord de l’Inde, celle-ci : « Himself He cooks » une maxime qui donne son  titre  au film  qui ouvrait le mois du documentaire hier à la médiathèque  de Rodez. Situé au milieu d’un lac, ce lieu sacré du sikhisme propose une expérience incroyable de cuisine communautaire basée sur le volontariat, le seva, et le partage, le langar, dans d’immenses réfectoires. Chaque jour, sont servis 100 000 repas végétariens gratuits composés de dhal, riz, légumes et chappattis arrosés de thé à profusion, pour tous, pèlerins ou indigents, sans distinction de caste. Le film de Valérie Berteau et Philippe Witjes s’étale ainsi sur une seule  journée. Dès le matin, il faut récupérer dans les champs des tonnes de  pommes de terre, découper des montagnes d’oignons, décharger des camions chargés de bois pour le combustible, des centaines de sacs de farine… ensuite vient la préparation elle-même dans de gigantesques  marmites où chacun s’affaire, puis ce sera l’installation des nattes, la distribution minutieuse et enfin la vaisselle de milliers d’ustensiles… et le lendemain tout recommence. Pour réguler tout cela, à cette échelle, il faut de la rigueur, de la méthode, une discipline sans faille et une précision de métronome. Les Sikhs font preuve de cette organisation impeccable pour maîtriser chacune de ces différentes étapes. Sérénité, générosité, tolérance et dévouement sans limite, rendre service à l’humanité, voilà ce que leur enseigne leur religion de tolérance  qu’ils mettent au bénéfice d’une marée humaine. Le ballet de leurs turbans et écharpes safran caractéristiques servent de  symboles autour desquels tous ceux qui arrivent dans le temple se dirigent, se repèrent et s’orientent, comme une chorégraphie majestueuse et toujours renouvelée de mouvements de foule immuables et  séculaires. Une prouesse aussi déroutante qu’incroyable laquelle se déroule à l’identique jour après jour, et ce depuis des dizaines d’années, sans oublier de sacrifier aux rituels et autres ablutions, le tout transcendé par des images magnifiques et l’absence de dialogues ou de quelconques commentaires en voix off pour obtenir ce film infusé de méditation.                                       Impressionnant et remarquable.

Publicités
Cet article, publié dans Cinéma, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s