Donna Liza

liza_LAvoir été primée à un concours Eurovision ne suffit pas à asseoir sa popularité, d’autant plus quand il s’agit de sa version sans paillettes, celle réservée aux « groupes et  artistes contemporains présentant de nouvelles chansons en langue minoritaire ». Au Liet donc, les langues nationales sont interdites de cité, on ne  s’exprime qu’en asturien, en carélien, en frioulan, en gaëlique, en sarde, en saami, en féroïen, ou en vepse etc…  et pour ce qui est de la France donc, corse, breton ou occitan sont seuls utilisés. Ce concours a été créé en 2002, et l’édition 2010 s’est même tenue en France à Lorient, certes plutôt confidentiellement mais avec en final un concert des Ramoneurs de Menhirs, lesquels clôturaient l’année dernière l’Estivada. Liza, Prix du Public en 2006 à Östersund en Suède avec «  Solèu roge » était hier en spectacle à l’Amphithéâtre en début d’après-midi. Parfaite polyglotte accomplie vu son histoire familiale et ses études un peu partout en Europe, elle dont «  l’occitan est ma langue de cœur »  a déjà acquis beaucoup d’aisance, confortée par une longue expérience de plusieurs années à œuvrer sur FR3 en Provence Alpes Côte d’Azur, sillonnant la région de part en part pour présenter le magazine culturel en provençal «  Vaqui ». Un background musical solide, des compositions dans les différentes langues de son enfance, elle fait preuve de beaucoup de sérénité et de présence sur scène. Seule au piano ou accompagnée d’un trio d’excellents musiciens, ses mélodies aériennes et ouatées invitent au voyage, au laisser-prise et  irradient d’un soleil méditerranéen lumineux le public conquis. Son récital en acoustique reprend des  morceaux de son premier album bien sûr, mais il fait aussi la part belle aux accents plus  jazz world revendiqués de son second opus. Intitulé «  L » ce deuxième album a été produit entre Marseille et Helsinki, avec des détours parmi les Touaregs du désert marocain ou les sommets enneigés du Toubkal, autant de facettes kaléidoscopiques d’une chanteuse qui trace son sillon tout de douceur, de sensualité et d’élégance. Une révélation.

Publicités
Cet article, publié dans Musique, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s