Anar avanç

téléchargementPas facile de débuter un Festival, d’autant plus quand l’ouverture officielle avec discours obligés a dû se replier in extremis à l’abri de la Salle des Fêtes derrière la grande scène pour cause de pluie persistante. Le groupe Fai Deli s’est retrouvé ainsi devant une assistance bien maigre pour le premier des balètis de 18 heures 30  sur l’Esplanade des Ruthènes, nombre de danseurs potentiels refugiés à l’abri de l’avant-toit de Cap Cinéma… Le temps s’étant amélioré, c’est néanmoins avec une demi-heure de retard que Du Bartàs, un groupe venu du Bas-Languedoc prenait enfin place. Ce n’est pas leur première venue à Rodez, ils avaient offert un concert remarquable en janvier 2014 à la M.J.C. à l’invitation conjointe de la Mission Départementale de la Culture et de l’Institut  d’Études Occitanes. On les retrouve donc avec plaisir. Enthousiasme intact, force de conviction, engagement sincère, des textes ancrés dans la réalité sociale ou politique, des variations musicales de haute volée, des polyphonies vocales séduisantes, tout pour ouvrir cette nouvelle édition sur d’excellents auspices. Le trio d’origine s’est étoffé pour devenir quintette, le violon oriental qui se joue verticalement mêlant ses  sonorités plaintives aux percussions plus traditionnelles ou à l’accordéon, comme un surcroît d’identité méditerranéenne évidente, une manière de revendiquer autant des  racines profondes inscrites de longue date qu’une volonté d’ouverture  aux autres. En occitan bien sûr, mais aussi en espagnol ou en arabe, les chansons rendent hommage ici aux Brigades Internationales sur le front de l’Èbre, là aux luttes des vignerons pour offrir de la qualité, ou aux résistants de la course effrénée au profit… La chaleur humaine et la solidarité, la fraternité et la camaraderie universelle, l’indignation nécessaire et le courage, autant de valeurs qui enrobent ce spectacle tout d’intelligence et d’authenticité. Le bouche à oreille, des participations dans des festivals d’envergure comme les Vieilles Charrues mais aussi  quatre albums depuis 2007 ont permis à ce groupe d’accéder à la reconnaissance qu’il mérite. Les absents au concert d’hier soir pourront se consoler en allant les voir à l’Ostal Jan Bodon à Crespin le vendredi 7 août prochain. Les catalans turbulents d’Ebri Knight, dont le nom seul résonne comme un clin d’œil malicieux, leur succédaient ensuite, l’énergie débordante en bandoulière dans un style plus festif et vibrionnant.                           Une première soirée pleine de promesses.

Publicités
Cet article, publié dans Musique, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s