Les bourses ou la vie

123225Un documentaire sur les paradis fiscaux et les multinationales, telles Google ou Apple, qui contournent à loisir toutes les législations pour faire toujours plus de profits, voilà le thème du film du canadien Harold Crooks,  dans la lignée de ceux de Michael Moore. Implacable dans la démonstration, nourri de multiples témoignages y compris de « repentis » au sens maffieux du terme, et d’une grande lisibilité pour le rendre accessible à tous avec notamment force graphiques qui font mouche, voilà la trame de l’histoire édifiante qui nous est contée. Une analyse économico-sociale qui montre que, si jusqu’aux années 50 grâce au progrès technologiques, à la volonté politique et aux conquêtes syndicales, les inégalités tendaient à se réduire, ce n’est plus le cas actuellement après les bouleversements survenus dans les années Reagan et Thatcher. Impôts de plus en plus concentrés sur les seules classes moyennes et populaires, lesquelles se paupérisent toujours plus, et en face arrogance des plus riches qui  font dans « l’optimisation fiscale », euphémisme politiquement correct pour fraude, pour payer toujours moins : ou comment 1% de la population mondiale possède un patrimoine cumulé supérieur aux 99%  restants. Cynisme et arguties juridiques pour fuir ses responsabilités, impuissance des démocraties et des élus face à cette nébuleuse financière âpre au gain et sans aucun domicile fixe, le constat est sans appel. Comment de l’État-providence construit pas à pas, en Europe notamment, on est passé insidieusement à l’État-concurrence où tous les coups sont permis, une ambiance de casino où la vie humaine n’est qu’une variable d’ajustement, « l’horreur économique » pour reprendre le titre du best-seller de Viviane Forrester, dans toute sa dimension tentaculaire depuis la City de Londres jusqu’aux confettis de l’ex-empire britannique: Iles Caïmans ou Vierges, Jersey  etc… Conçu comme un thriller, il s’achève sur une note plus optimiste: la détermination des populations et des Organisations Non-Gouvernementales qui essaient par exemple d’imposer la taxe Robin des Bois sur les transactions spéculatives pour reprendre en mains leur destin.                                                                                                          À l’issue de la projection de jeudi, un débat avec un représentant de la CGT finances et une responsable de CCFD Terre Solidaire permettait à chacun de s’exprimer et de dégager des pistes porteuses d’espoir. Ce film est encore à l’affiche aujourd’hui.

Publicités
Cet article, publié dans Cinéma, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s