Flagrant Delhi

téléchargementUn film poisseux et cafardeux aux antipodes du style flamboyant, clinquant et rococo de Bollywood, voilà comment peut se définir « Titli » première réalisation de Kanu Behl présenté l’année dernière au Festival de Cannes dans la section Un Certain Regard.  Nous sommes dans la banlieue de la capitale indienne, bicoques précaires et terre battue, ni commodités ni  confort. Dans cet environnement tout sauf glamour, vit une famille de trois frères, genre malfrats de bas étage qui font dans la brutalité ordinaire pour améliorer un ordinaire glauque, sous le regard absent du père qui se traîne toute la journée en marcel délavé devant sa télé en mangeant des chappattis. Le plus jeune de la fratrie qui a hérité du prénom bizarre de Titli « le papillon » ne rêve que de fuir au plus vite cet univers où il se brûle les ailes. Magouilles, affaires louches et corruption endémique, mariage arrangé et  poids de traditions machistes, c’est un tableau  sordide de la société actuelle de l’Inde qui nous revient en pleine figure comme ce miroir piqueté et sans âge devant lequel tous défilent pour se laver les dents … Héros malgré lui de compromissions douteuses et arrangements truqués, il trouvera le soutien inattendu de sa jeune épouse au teint de porcelaine, toujours vêtue d’une élégance extrême dans de magnifiques saris pour rompre avec ce destin familial funeste… Très ancré dans la réalité trop méconnue de cette puissance économique émergente où les inégalités sociales perdurent et deviennent toujours plus criantes, ce film est autant un constat désabusé qu’un réquisitoire. Toutes les femmes de cette histoire sont soit des figures vénérées comme la mère décédée,  soit battues et répudiées, soit blessées physiquement ou psychologiquement, mais formidablement déterminées et les seules porteuses d’espoir. Très symbolique et d’évidence subversif.                                                                                       Un long métrage violent et sombre, entre mélodrame moderne et film noir à l’affiche encore toute cette semaine en version sous-titrée à 18 heures.

Publicités
Cet article, publié dans Cinéma, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s