Émilie folies

10_HM_23MAI15 (1)Elle est pétillante du début à la fin, l’œil espiègle, le sourire en bandoulière et la passion chevillée au corps. Émilie Marzilli pour l’Heure Musicale de samedi avait convié plusieurs de ses collègues du Conservatoire de musique de l’Aveyron à l’accompagner pour donner à « l’accordéon en tenue de concert » tout l’éclat que mérite cet instrument, souvent relégué au rayon passéiste et bal musette. Une occasion de montrer au contraire qu’avec les nouveaux chromatiques apparus dans les années 80, on peut jouer tous les styles de musique, donner de  la couleur et de l’énergie à un répertoire très éclectique qui s’étend depuis une sonate de Mozart revisitée jusqu’à un compositeur contemporain russe ou des mélodies incontournables du maître du tango argentin Astor Piazolla via un hommage de Richard Galliano notamment… Vraiment un moment très complet où l’artiste joue tantôt en solo, tantôt en duo soit avec un piano soit un violoncelle, pour terminer par un quintet explosif qui a fière allure, voilà la trame de ce récital qui d’une part a fait le plein à la Chapelle Royale, ce qui n’est plus si fréquent, et d’autre part a enthousiasmé les spectateurs qui en demandaient toujours plus. Des accents de langueur, des notes très tendues en apesanteur, des soupirs exaltés, des trémolos soyeux ou des modulations veloutées voire à l’occasion des grincements sinistres et inquiétants qui reviennent en cascades obsessionnelles pour un univers à la Alfred Hitchcock… c’était vraiment une ballade absolument exquise où chacun se régale et se love avec délice. Quant au final ébouriffant qui voyait les différents instruments dialoguer, se défier ou se répondre en virtuosité et en émotions, on frissonnait de plaisir devant cette accordéoniste toute d’humilité et de classe, laquelle transcendait tout l’orchestre, d’envolées des cordes en contre-point plus feutré… ce qui produisit un tonnerre d’applaudissements amplement mérités. Le public décrocha ainsi un bonus: une irrésistible danse moldave aussi entraînante que volcanique, le terme  ultime d’un concert de gala. Magnifique.

Publicités
Cet article, publié dans Musique, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Émilie folies

  1. Marzilli dit :

    Merci beaucoup pour beau texte…je suis très touchée…! 🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s