Cogito tango sum

images (1)La soirée hommage ne pouvait que débuter par un rappel de l’épopée de Clément Cabanettes à la fin du XIXème siècle et la fondation de Pigüe, souvenir rouergat oblige. De retour sur ses terres, Lionel Suarez et son trio, lui à l’accordéon, Vincent Segal au violoncelle et Minimo Garay, gaucho bon teint, aux percussions en tous genres -mais toutes particulièrement douces et suaves-, ont revisité pendant plus d’une heure et demie le répertoire du maître du genre Carlos Gardel , le zorzal criollo « lequel a eu le mauvais gout de ne pas naître en Argentine » sic. Des lumières chaudes présentes en continu installent une atmosphère propice, quelque part entre l’admiration sans borne et la volonté de donner une autre teinte totalement nouvelle à des airs qui délaissent le côté langoureux et sensuel attendu. Ce tango que jouent les trois instrumentistes se révèle beaucoup plus sophistiqué, presque trop, et de longues mélopées initiatiques en tonalités en apesanteur, on est invité à un rendez-vous inattendu. C’est à la fois modernisé et planant, âpre ou festif, fougueux ou discret, tourmenté et plaintif, loin de l’image des bas-fonds glauques et poisseux hantés par les mauvais garçons de Buenos Aires. D’arrangements très nuancés en sonorités subtiles, l’orchestre à géométrie variable offre un récital très dépouillé et intimiste, un concert conceptuel finement ciselé. De temps à autre, pour tenir en haleine le public qui écoute religieusement, les musiciens se lâchent: qui une blague d’un ton chafouin et volubile, qui une envolée toute de virtuosité incroyable, qui un solo ébouriffant…pour des applaudissements qui rebondissent en cascade. Le spectacle  s’achèvera après un rappel par un chant entre mélo incandescent et ardeur passionnée.  Le pari était réussi, la salle de La Baleine où jeudi soir plus aucun siège n’était libre, lui faisait un triomphe. Lionel Suarez était prophète en son pays.

Publicités
Cet article, publié dans Musique, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s