Black out

téléchargement (1)C’est un film salutaire, instructif et capital pour comprendre l’histoire moderne des Etats-Unis que celui qui était à l’affiche hier à 18 heures à la médiathèque de Rodez. « Mississipi, les années noires »  de Connie Field et Marylin Mulford dissèque et autopsie un cas d’école. Nous sommes au début des années 60. Les démocrates sont au pouvoir à Washington: d’abord John Kennedy, catholique d’ascendance irlandaise, élu du Massachussetts, auquel succèdera, dans les conditions que l’on sait, Johnson sénateur du Texas. Parallèlement se développe le Mouvement des Droits Civiques pour l’égalité de tous les citoyens et en particulier contre la fin de la ségrégation, de droit ou de fait, qui gangrène le sud du pays. Au Mississipi, les noirs sont encore maintenus dans un état de servitude quasi absolue: exploités dans les champs de coton, les jeunes filles fréquemment abusées et violées par leurs employeurs…un état où le racisme est élevé au rang d’institution depuis toujours. Il faudra attendre 1995 pour qu’il ratifie officiellement le 13éme amendement de la Constitution interdisant l’esclavage… mais sa notification officielle date seulement du  7 février 2013 !!! C’est dire que lorsque certains activistes décident à cette période de vouloir inscrire dans les faits l’émancipation de la minorité noire, notamment leur droit à s’inscrire sur les listes électorales pour pouvoir voter et exercer leur libre choix, ils s’attaquent à forte partie et se heurtent à des siècles de traditions réactionnaires. Pour contourner les « Dixiecrats », ces Démocrates ultra conservateurs dont certains proches du Ku Klux Klan, ils fonderont le Mississipi Freedom Démocratic Party  et iront jusqu’à la Convention de 1964 à Atlantic City pour essayer de faire reconnaître leur légitimité… Ce documentaire vraiment exceptionnel donne la parole à ceux qui participèrent à cette lutte,  laquelle les transforma à jamais. Les photographies et images d’archives ou d’actualités de CBS en noir et blanc d’époque sont confrontées aux témoignages trente ans plus tard filmés en couleurs, on mesure autant les obstacles surmontés pour transformer « cette  enclave d’Afrique du Sud aux États-Unis » que le chemin qui reste encore à parcourir. Ce film rend aussi hommage aux Freedom Riders, ces jeunes épris de générosité et de solidarité qui en 1964 au cours de cet « été de la liberté »  se rendirent en nombre sur place pour aider la population noire  au péril de leurs vies et dont certains le payèrent au prix fort, un épisode dramatique relaté jadis par Alan Parker dans « Mississipi Burning ». C’est aussi faire le lien avec « Selma » le film d’Ava DuVernay actuellement sur les écrans, lequel met en lumière la célèbre marche menée par Martin Luther King.

Publicités
Cet article, publié dans Cinéma, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s