Pères courage

téléchargementHier soir à Cap Cinéma Rodez, dans le cadre du Festival des Images et des Mots décentralisé un peu partout dans Midi-Pyrénées, était projeté le film « My two daddies »  de Travis Fine. Il était soutenu par le groupe Alertes, Aveyronnais en Lutte pour l’Egalité et le Respect de Tous et Toutes, un groupe actif sur la ville qui agit contre toutes les discriminations liées à l’orientation ou à l’identité sexuelle. Il suffit de se souvenir combien la loi de mai 2013 défendue par la Garde des Sceaux Christiane Taubira a cristallisé les postions homophobes et  réactionnaires, et pas seulement de Christine Boutin, pour se rappeler que l’égalité citoyenne est toujours un combat nécessaire. Déjà on pourrait s’étonner que ce film dont le scénario a été écrit  à la fin des années 70 et tourné en  2012 ait dû attendre près de 3 ans pour trouver un distributeur, sauf que son sujet dérange… Nous sommes en Californie, fin des seventies, et l’on suit la vie d’un artiste transformiste qui croise sur son chemin un avocat fringant. Tous deux débutent une relation passionnelle et simultanément se lient avec un jeune handicapé trisomique que sa mère junkie endurcie néglige complètement. Arrêtée une nouvelle fois pour trafic de drogues, celle-ci signe des papiers confiant la garde momentanée de son fils au bénéfice des deux jeunes hommes afin qu’ils le prennent en charge. Soins, affection réciproque,  éducation, tout irait pour le mieux si leur homosexualité assumée ne dérangeait trop de monde… Malgré les rapports favorables de l’enseignante ou de l’enquêtrice sociale, les préjugés politico-culturels pèsent sur l’institution judiciaire, laquelle refuse la situation et met tout en œuvre pour leur retirer la garde du jeune adolescent en souffrance aussitôt renvoyé dans un centre spécialisé… C’est leur combat contre cet  arbitraire institutionnalisé que met en exergue ce long métrage avec pudeur, retenue et  beaucoup de sensibilité. Jamais larmoyant, sans mièvrerie ni pathos, remarquablement interprété, il montre combien les obsessions fantasmatiques des uns peuvent  ruiner l’altruisme des autres, combien les discours et les mots peuvent blesser et c’est un sentiment de révolte et d’injustice qui étreint le spectateur. Certes la situation quotidienne pour les gays, lesbiennes,  bi ou trans, tant aux USA qu’en Europe a beaucoup évolué, et c’est tant mieux, mais que des mentalités archaïques profondément enkystées peuvent faire de victimes!  Un film d’amour engagé tout de tolérance et de générosité particulièrement  poignant.

Publicités
Cet article, publié dans Cinéma, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s