Je suis Charlie

téléchargementSéance spéciale hier en soirée à Cap cinéma avec la projection de « C’est dur d’être aimé par des cons » de Daniel Leconte devant une salle archicomble, l’intégralité de la recette étant reversée au journal Charlie Hebdo. Ce documentaire accompagne pas à pas le procès qui a suivi la publication par le magazine des caricatures de Mahomet en 2007 en solidarité avec un journal danois. L’Express ou France-Soir  avaient fait de même , ce qui vaudra à leurs directeurs respectifs d’être débarqués par les propriétaires du titre dont Dassault, sauf qu’eux n’avaient pas été attaqués, car les plaignants avaient préféré cibler Charlie au tirage nettement moindre et donc supposé plus vulnérable. Chaque protagoniste de ce procès explique face caméra ses arguments  que l’on connait bien : la liberté d’expression face à l’obscurantisme religieux, le droit à l’insolence et à la provocation face au politiquement correct etc… Autant de séquences qui témoignent à la fois de l’intelligence d’esprit des uns face à l’hypocrisie des autres, ou comment un avocat est capable des pires circonvolutions déontologiques ou sémantiques pour s’attirer les feux de la rampe …  en contrepoint se détachent  la sincérité d’une procureure ou la lucidité d’Élisabeth Badinter.  On revoit aussi les visages de ceux qui nous ont accompagné depuis si longtemps et qui sont partis, Cabu, Wolinski, Tignous, Charb, Honoré ou Oncle Bernard, un peu plus jeunes certes, mais toujours avec la même verve, le sens de la répartie et l’humour au coin des lèvres. Leurs paroles résonnent avec d’autant plus de force qu’elles sont prémonitoires et funestes, heureusement adoucies des sourires, de la détermination et du courage. On connait tous le verdict qui sera confirmé en appel et sanctuarisera, à jamais on l’espère, dans notre pays le droit au blasphème…                           Ce film est une réflexion subtile sur la liberté de la presse, sur le poids des institutions religieuses pas seulement l’Islam, et in fine sur la fragilité de la démocratie. Les abonnés de  Canal +  peuvent le revoir quand ils veulent sur la chaîne 15 jusqu’au 17 janvier inclus. C’est autant un hommage qu’un résumé indispensable de la philosophie de ce « journal irresponsable » mais combien indispensable.                                                                               Un débat s’engageait ensuite avec divers représentants des médias locaux: presse écrite, parlée ou télévisée. Une soirée citoyenne.

Publicités
Cet article, publié dans Cinéma, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s