Un cœur sain, Bernard

téléchargement (4)Une entrée en matière qui décoiffe résolument avec un poème qui dénonce pêle-mêle les profiteurs de tout poil, le Vatican ou la loge P2, les banques et la corruption, le renoncement ou l’abandon… Bernard Lavilliers a choisi son camp. Et c’est parti à l’Amphithéâtre pour un voyage au long cours bercé de reggae ou de soul, de salsa ou de blues, de valse ou d’accents plus rock, pour faire escale au Brésil ou à New-York, à Londres ou à Kingston, dans les prisons comme dans les usines ou les ghettos, avec des mots poignants ciselés de larmes, de chaleur humaine et de solidarité. Ce sont les humbles qui sont à l’honneur, leurs vies de labeur et de galère, leurs amours qui réchauffent et leurs rêves à partager. Accompagné de quatre musiciens multi-instrumentistes qui ne se ménagent pas, il réhabilite dans ses chansons celles qui sont devenues des classiques comme les plus nouvelles, l’engagement individuel et collectif, la capacité à s’indigner et la nécessité de résister au découragement pour toujours se lever et combattre les injustices. Tout de noir vêtu,  juste deux touches de rouge, le col et les chaussures, il dégaine sa sincérité et sa détermination via des mélodies toutes de volupté et des textes qui font la part belle à la poésie, au surréalisme et aux idéaux généreux. On croise aussi bien le Che que Mandela, le courage  des peuples , la fidélité des convictions ou la reconnaissance du travail. C’est d’une implacable précision, des mots aiguisés au scalpel qui font mouche et respirent l’audace et la bienveillance, la gravité et la sérénité. Rebelle un jour, rebelle toujours, c’est ce que le public venu très nombreux savoure, cette énergie communicative et cette fièvre qui transcende les différences et les origines, des spectateurs qui sont à l’unisson de ce message de fraternité et de combats. Écume de rage au bord des lèvres, la détermination en bandoulière et la droiture comme seul credo, c’est son authenticité et sa légitimité qui s’imposent, tout en élégance et en douceur. Il explore les cicatrices des cœurs qui battent la chamade ou les blessures de l’âme avec justesse et incandescence. La salle en fusion communie avec lui d’applaudissements explosifs en rappels enthousiastes.                                                                                                                             Un concert somptueux  baigné de lumières inventives de la part d’un chanteur hors du  commun. Vraiment classe, ascendant lutte.

Publicités
Cet article, publié dans Musique, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s