Mots croisés

téléchargementHier, à la médiathèque de Rodez, était projeté dans le cadre  du mois du documentaire mais aussi pour prolonger le focus Novado sur la jeunesse «  Nous, Princesses de Clèves » , un film de Régis Sauder. Ce long métrage suit une classe d’un lycée de Marseille des quartiers nord classé en Zep, des élèves d’origine très métissée, lesquels vont travailler au long cours sur ce roman du patrimoine de notre pays publié anonymement sous la signature de la Comtesse de la Fayette. Ce texte écrit dans une langue très différente de la leur, ces jeunes vont se l’approprier révélant via ces personnages authentiques leurs espoirs, leurs failles ou leurs doutes. Dans ce livre , la galanterie compassée fait écho à la dissimulation, l’ambition politique vibre des intrigues de cour, les affaires de cœurs sont étroitement mêlées avec les luttes de pouvoir et en parallèle, eux, ces jeunes d’aujourd’hui, se confrontent aux problèmes quotidiens de la vie dans la cité, au poids de la religion ou des traditions. Ce récit sert de catalyseur ou d’exutoire c’est selon, aux passions juvéniles, leurs aspirations au bonheur, leurs soifs d’idéal. Souvent d’origine modeste, ils découvrent lors d’une escapade à Paris avec leurs yeux émerveillés via le Louvre ou la Bibliothèque Nationale de France, le contexte historique de l’œuvre  et en même temps se heurtent à une autre réalité. De ces regards croisés, de ces identifications ou pas avec les personnages à leur vie de tous les jours affleurent mélancolie et désir, émotions sincères et réflexions désabusées qui mettent en abîme deux mondes aux exigences opposées. La difficulté d’aimer librement hors pressions sociales résonne malgré les siècles d’écart  et trouve un prolongement chez ces ados qui se confient face caméra. Leurs témoignages sont bouleversants d’authenticité. Leurs vécus touchants le disputent à leurs rêves d’émancipation pour un film tout en énergie positive et en vitalité. Ce parcours initiatique, ce pari de l’intelligence les transcende en héros de la sincérité.                                                                                                Si tu ne vas à pas à Lafayette, Lafayette  ira à toi.

Publicités
Cet article, publié dans Cinéma, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s