Ça m’a bien gouté, une fois

téléchargementPour la troisième fois en quelques années, les Okidok, ces deux comédiens belges incroyables étaient de retour dans la région, mais pour une première à la Baleine hier soir dans le cadre du Festival Rire Onet. Et même si on avait déjà vu « Slip inside » il y a quelque temps déjà à la M.J.C.de Rodez, le résultat est toujours là. Désopilant et jubilatoire de bout en bout car ce spectacle a évolué et s’est bonifié. Plus de temps mort, une succession ininterrompue de gags plus visuels et farfelus que jamais, un univers complétement déjanté et frappadingue où chacun des deux comparses a l’élégance de s’effacer pour mettre toujours en valeur tant son complice que la situation totalement incontrôlable dans laquelle ils sont embarqués. On rigole, on pouffe, on s’esclaffe de plus en plus franchement tant à l’improbable s’ajoute le foutraque, l’insolite fait écho au problématique, toute une symphonie de folie douce à l’unisson entre logique délirante et imagination débridée. Le look déjà avec lequel ils débarquent sur scène, genre boxeurs très affutés, peignoirs bien épais et chaussures montantes souples, sauf qu’ils sont loin de la musculature d’athlètes que l’on est en droit d’attendre. L’un fluet et fragile, calvitie bien affirmée et petites lunettes sur le nez, l’autre plus costaud, torse velu certes mais pâle imitation de Tarzan, plus gentiment potelé que bodybuildé, et, surtout, tous deux affublés de slips kangourous hyper rembourrés et prêts à exploser, ils se toisent, se provoquent et vont se lancer dans une suite de face à face aléatoires. Tantôt chorégraphiques, tantôt plus musclés, ces défis  inénarrables où on croise aussi bien un samouraï et ses planchettes qui n’en peut mais, un gorille plus vrai que nature, une fausse malle des indes, des moments de mime, des porters audacieux etc … se révèlent être une alchimie incroyable quasiment sans un seul mot où par leurs seuls regards,  mimiques et  gestuelles, tout devient limpide et cohérent. Un spectacle survitaminé, dopé  de clins d’œil et de malice, y compris après le baisser de rideau, c’est dire si on prend un plaisir extrême à ce mélange détonnant d’intelligence et de finesse d’esprit.                                                         Deux super clowns à en perdre la tête ou plutôt, comme on dit chez eux, à en mélanger ses tartines.

Publicités
Cet article, publié dans Cirque, Humour, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s