No limits ?

Troisième soirée de Rire Onet teintée d’humour noir, tel était le programme annoncé  hier. téléchargementTout d’abord  Julie Villers, comédienne et humoriste belge avec «  Je buterais bien ma mère un dimanche », quelque part entre une thérapie de choc  pour se débarrasser de sa filiation encombrante et auto-confession déjantée, où l’hystérie suraiguë fait écho à la psychologie de comptoir. Au croisement improbable entre la méchanceté gratuite de Tatie Danièle et l’aigreur courroucée de l’héroïne de B.D. Carmen Cru, excessive, atrabilaire au besoin, vindicative et mal dans sa peau, elle dézingue tous azimuts avec plus ou moins de bonheur, du second degré par-ci, un peu de scato par-là, ça laisse un gout d’inachevé, plus une esquisse ou un brouillon qu’un spectacle peaufiné et installé, mais heureusement vite expédié.                                         téléchargement (1) Puis place à Antoine Schoumsky, et là c’est du lourd, du gras qui tache, du graveleux et du salace. Il débarque sur scène menottes au poignet car il participe à l’insu de son plein gré à un programme de « réinsertion des détenus par l’humour » sic. Des portraits plutôt bien sentis de ses codétenus psychopathes, violeurs récidivistes et autres schizophrènes en transe, ça pourrait être marrant et il y réussit d’ailleurs quelquefois, mais quel registre de vulgarité, d’obscénité ordurière et d’excès en tous genres, un univers qui ne se limite que trop au-dessous de la ceinture, où le moindre éclair de lucidité est vite noyé dans un océan de stupidité crasse, où la subtilité est denrée rare. Dans ce créneau bête et méchant, mais heureusement autrement percutant, il y eut Hara-Kiri jadis , Charlie Hebdo maintenant et c’est une réussite incontestable, mais se persuader et laisser croire que les insanités et autres abjections sont un passage obligé pour conquérir son public est une erreur originelle, sinon il y a longtemps que Bigard serait Prix Nobel de Littérature … Le registre prout-prout pré pubère et autre dérive porno trash , on peut aisément s’en passer. Amis de la poésie, d’un bon mot ou d’un aphorisme de bon aloi, ce spectacle n’est pas pour vous. Gore pourquoi pas, grossier peut-être,  mais avec style, tenue et hauteur de vue, hier soir, on en était loin.

Cet article, publié dans Humour, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s