Grand Cor ballades

téléchargementDeuxième soirée de l’Estivada sur la grande scène à l’espace des Rutènes hier soir. En ouverture, Luc Aussibal e mai pour un moment de rock’n oc devant une foule déjà compacte, faut dire qu’à Rodez, il joue à domicile et qu’on a régulièrement l’occasion de le voir en concert. C’est enlevé, dynamique et punchy, beaucoup de détermination et la volonté de ne pas rater ce rendez-vous, bien au-delà des proches. Des résonances plus éclectiques, une voix bien posée, les différents séjours en résidence des  derniers temps ont porté leurs fruits.                                                                 Puis lui succède Lo Cor de la Plana, cinq chanteurs musiciens pour des polyphonies toutes de nuances et de sensibilités. Ces marseillais ne sont pas des inconnus ici puisqu’ ils sont déjà venus lors de précédentes éditions. C’est avec plaisir qu’on les retrouve. Ils ont toujours la même flamme, la même ferveur et la tchatche gouailleuse en bandoulière pour nous parler de la Commune ou de la richesse métissée de leur cité. Très mobilisés contre les nouvelles règles de l’intermittence imposées par le Medef, l’un d’eux porte bien visible la croix blanche sur l’épaule, ils nous offriront pour l’occasion une minute de délires vidéo pour crier haut et fort leur indignation, avant qu’une banderole explicite ne soit brandie poings levés. Les rythmiques crescendo des tambourins se mêlent avec brio à leurs variations mélodiques pour créer une atmosphère particulièrement envoûtante, laquelle enveloppe le public très réceptif. Le parler provençal et les sonorités plurielles toutes méditerranéennes scintillent de plus belle pour le plus grand bonheur des spectateurs. Ces musiques entraînantes, ces mélopées suaves et les variations vocales toutes de finesse sont autant d’accents pour emporter définitivement l’adhésion du public lequel n’hésitera pas à se lancer dans une longue farandole malgré les chaises proches du podium. Et le spectacle se poursuivra ainsi bien au-delà de minuit, rebondissant de valse en mazurka, de chants de solidarité en moments d’intense générosité pour des retrouvailles magnifiques qui n’auront laissé personne indifférent.  Un spectacle haut en couleurs qui fait du bien.

Publicités
Cet article, publié dans Musique, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s