Lo Papet

téléchargementPour ouvrir cette 21ème édition de l’Estivada, les organisateurs avaient fait les choses en grand. De retour en ville en lieu et place de l’impersonnel parking de Bourran, l’immense scène était adossée à la nouvelle salle de fêtes, laissant au public toute l’esplanade des Rutènes pour pouvoir profiter pleinement de chaque concert. Et avec une valeur sure comme Nadau, groupe occitan emblématique entre tous, le succès ne pouvait qu’être au rendez-vous. Et pour se mettre définitivement le public de son coté,  rien de tel que d’ouvrir le concert par «  Se canta », la connivence déjà évidente devenant rapidement confirmée. Des spectateurs de toutes générations aux anges prêts à s’enflammer comme toujours, le spectacle pouvait se dérouler dans les meilleures conditions, musiciens, choriste et même banda à l’occasion, pour accompagner le chanteur qui semble presque éternel, puisque cela fait maintenant 40 ans que ça dure.  Michel Maffrand égal à lui-même, coiffé de son éternel béret basque, chemise blanche et bandana rouge, égrène chansons et anecdotes avec la gouaille et la malice qu’on lui connait. Des textes  bien troussés, avec ici et là, des notes d’humour qui font mouche pour raconter ses Pyrénées, la vie des gens simples, le temps qui passe ou la passion amoureuse qui embrase les cœurs et les âmes. C’est sans surprise d’une authenticité particulièrement intense, empreint de souvenirs que l’on sait partager par beaucoup. C’est dire si dans le public ça frétille, ça ronronne, ça vibre à tout va. Une communion rare entre un artiste qui semble infatigable, un orchestre qui donne le meilleur de lui-même, alternant sonorités traditionnelles à la vielle, le fifre ou la cornemuse et des accents plus actuels au banjo ou à la guitare électrique et une foule quasi en apesanteur. Les mélodies et les chansons enveloppent d’une atmosphère aussi chaleureuse que relaxante un auditoire qui entre progressivement en transe. Et nombre de chansons dont bien évidemment « l’immortela »,- l’hymne officieux de toute l’Occitanie- sont reprises en chœur. Un spectacle  tout de convivialité, de respect et complicité partagés. Avant le spectacle, une représentante locale des intermittents du spectacle avait dans un texte particulièrement bien écrit, expliqué les raisons de leur refus du texte voulu par le Medef qui remet en cause tant d’avancées sociales. Cette soirée ainsi placée d’entrée sous le signe de la solidarité pour ne laisser personne indifférent ne pouvait qu’être une réussite totale. Grandmercé !

Publicités
Cet article, publié dans Musique, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s