Cauchemar à la Cour

Au début tout va bien. Nous sommes chez un écrivain débutant qui s’est piqué de conter en alexandrins les amours tumultueuses de Louis XIV et de Marie Mancini, lesquels sur scène en costumes grand siècle tout de perruques et chapeaux à plumes lui donnent la réplique ou prolongent ses propos. Une intelligente mise en abîme de l’anachronisme des deux époques où l’accent rocailleux de l’un fait écho à celui surjoué de l’autre et où l’auteur, en parallèle, subit les avanies de sa mère envahissante ou de sa femme délaissée. Passons sur les poncifs sous-jacents et autres répliques inconsistantes, le pire arrive à grands pas: de longues tirades réactionnaires grand teint qui ne manquent pas sur les subventions forcément sans limite dont se gave le théâtre public, sur la valeur d’une pièce mesurée à l’aune du nombre de spectateurs présents et autres…restent ici et là quelques réflexions bien senties sur le petit monde intellectuel volontiers auto-citationnel qui oscille trop souvent entre mauvaise foi et entregent, voire conflit d’intérêts.  Mais lorsque s’esquissent les portraits fussent-ils caricaturaux de l’acteur extravagant, du producteur inculte et cupide…et quid  du personnage du metteur en scène ou en « Seine » (au sens où tout part à vau l’eau et que les spectateurs sont consternés devant ce torrent de bêtises) affublé d’un costume improbable, croisement entre Marc Veyrat arpentant la montagne savoyarde et Gandhi sous acide, on sombre dans la pantomime lamentable, le ridicule pitoyable et la démagogie en bandoulière. On plaint sincèrement les acteurs embarqués dans un tel naufrage digne du Titanic. De ce texte de Claude Cohen* dont il vaut mieux taire le titre par charité, on ne retiendra qu’une chose, un éclair de lucidité, une parole sensée que prononce un des personnages:« cette pièce, c’est de la m……. ! », sic, on ne saurait mieux la résumer.                                                                                                                       Ainsi s’achevait le  Festival Premier Acte d’Onet le Château, sixième édition.

Cet amour du Roi Louis pour sa belle Marie,                                                                                   Faut-il qu’il fût maudit, détesté ou haï,                                                                                          Car cette « comédie », ramassis d’inepties,                                                                                     N’est que salmigondis et nous rend fort marris !!!!!!

PS : *en prime quelques bonus possibles en cas d’éventuels sequels:                                             –  Franck Ribéry en égérie de Magasin Vert pour nous parler  pelouse,                                       –  Le duo Cahupé et Cozac pour un cours d’économie comparée,                                                  –  Landru et Véronique Courjault représentants en électroménager,                                           –  Obélix dans un ashram végétarien subjugué par le déhanché lascif de Bianca Castafiore …

 

Publicités
Cet article, publié dans Théâtre, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Cauchemar à la Cour

  1. Gout Christian dit :

    J’ai la certitude aujourd’hui, en lisant ces commentaires, que les critiques sont une race supérieure qui voient et comprennent l’art d’une autre manière que la notre. Pardon d’ avoir vu « accordez moi une entrevue » autrement : de l’autoderision, de l’humour, du talent dans l’interprétation, une mise en scène habile et efficace….j’ai vu une pièce qui m’a ravi et qui montre avec intelligence les difficultés ou les extravagances de certains métiers de la Culture.
    Pardon aussi d’avoir mieux compris le texte de la pièce que le texte de la critique. En tout cas merci aux acteurs et à l’auteur d' »accordez moi une entrevue »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s