SMS et plus si affinités

téléchargementIntérieur d’un petit appart un peu négligé. Une canette qui traine ici, un emballage de pizza là, la poussière qui s’est installée de longue date sur les meubles et même plus rien ni à boire ni à grignoter qui ne soit périmé. Nous sommes chez Cristobal dit Chris (ça sonne plus cool et décontracté) lequel est en standby. Une vie professionnelle et sentimentale compliquée, insatisfait notoire, musicien qui n’a jamais percé devenu par nécessité alimentaire employé à la RATP, aussi lâche avec ses copains qu’avec les femmes, accro à son portable, qui multiplie les appels en vain pour essayer de combler sa solitude. Seule une ex répond présente et déboule à nouveau dans sa vie. Une frustrée compulsive, hauts talons rouges vifs et lamé scintillant, un  névrosé  notoire le plus souvent  vautré dans un canapé défraîchi, voilà pour les ingrédients de base de « Ceci n’est pas une comédie romantique …»  que l’on peut voir actuellement dans la salle cosy des Comédiens au chariot à Bourran, un texte écrit par Yanik Vabre, interprété par lui-même et Géraldine Adams. Une variation sur la vie de couple, ses aléas, ses limites, ses petits arrangements que l’on pense nécessaires, la culpabilité enfouie, l’hypocrisie de bon aloi, la jalousie latente, les manipulations et autres chantages affectifs… une revue non exhaustive du quotidien de la vie à deux  où coups de cœur et élans charnels ne font pas toujours bon ménage, où la minauderie fait office de réponse à la séduction, où les attentes de l’un se noient dans l’apathie de l’autre… Une trame qui n’a rien d’original donc si ce n’est par le ton et le vocabulaire employé résolument d’jeuns et dans l’air du temps. Cette écriture mêle ainsi des références à Dexter, Obispo ou Goldman, des tics de langage et assume ouvertement une certaine vulgarité pour parler amour et sexualité… Les deux comédiens mettent beaucoup de conviction pour faire exister leurs personnages comme par exemple la séquence chantée en play-back et multiplient les effets pour souligner leurs traits de caractères. Sauf que cela ne fonctionne pas totalement, l’humour corrosif et concis des sketchs s’accommode mal d’être ainsi trop délayé. C’est dommage.

Publicités
Cet article, publié dans Théâtre, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s