Au choeur de l’hiver

téléchargementC’était la deuxième visite à la Baleine pour l’orchestre Contrepoint de Montpellier et la Chorale de Sète, après leur venue l’année dernière pour le « Concert de la fin du monde ». On les retrouve toujours aussi en forme, les voix parfaitement posées, les instrumentistes à l’aise et le chef rayonnant, affable et bienveillant. Personne ne se prend la tête, se faire plaisir et en dispenser autour de soi sont les leitmotivs de ces deux ensembles, autant dire que c’est un moment de vraie convivialité, ce qui tranche avec nombre d’autres rendez-vous de ce type. Dix musiciens en premier plan et plusieurs dizaines de chanteurs sur les gradins derrière, les hommes, costumes nœud pap et chemise blanche, les dames, une touche de rouge, souvent une rose éclatante, pour égayer leurs tenues très classe, c’est juste stylé sans être ostentatoire. Ce programme intitulé «  Concert de Noël », se compose de deux parties bien distinctes : d’abord,  place à de la  musique sacrée, essentiellement époque baroque, ce qui permet de déguster en ouverture une pièce de  Corelli soyeuse et vibrionnante à souhait, un aria de Bach feutré et  suave, et divers extraits de Vivaldi qui ont beaucoup d’ampleur et permettent aux deux ensembles de montrer à la fois toute sa puissance éclatante mais aussi de faire apprécier sa souplesse ondoyante et sa virtuosité . La Sarabande de Haendel est un moment de magie, la touche toute de grâce sublime pour permettre à tout un chacun de se remémorer avec délice les images du film enchanteur de Stanley Kubrick, où derrière volupté et légèreté apparentes se cachent souvent d’autres sensations plus complexes. La direction assurée par Franck Fontcouberte est un modèle de sobriété, de précision et de doigté. Tout s’enchaîne avec fluidité et maitrise, et à l’évidence, tant les artistes que le public ronronnent de satisfaction. Après un court entracte, ce sera une succession de chants de circonstances, certains très connus d’autres moins,  Jingle Bells ou Douce Nuit bien sûr, mais aussi par exemple une mélodie en occitan « lei pastourau »  pour ajouter une touche de couleur régionaliste de bon aloi.                                                         Un concert  vraiment très agréable tout de bonne humeur et de générosité contagieuse.

Publicités
Cet article, publié dans Musique, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s