Olé, olé, Joséphine

06_HM_14DEC13Cette semaine, l’heure musicale se déroulait en deux parties distinctes regroupées sous le titre «Welcome to Broadway 2» après un premier opus l’année dernière un tantinet hésitant. Tout d’abord plusieurs tableaux pour «Sacrée gamine » une évocation de la vie et l’œuvre de  Joséphine Baker, cette grande dame, une des premières stars noires mondialement reconnues dans l’univers du show business, et qui force le respect autant pour sa carrière éclectique que pour son courage sans faille. Engagée dans la Résistance et multi-décorée  y compris, de la Légion d’honneur par le Général de Gaulle lui -même, elle s’est aussi investie très tôt pour l’émancipation des noirs américains et  les Droits Civiques aux côtés de Martin Luther King, puis pour la cause des enfants  défavorisés, sa chère « tribu arc- en- ciel ». Les enfants de l’atelier voix et la classe de formation musicale mettront beaucoup de cœur et de conviction pour défendre ses chansons lesquelles mêlent humanisme sincère et fraternité généreuse. Et, terminer en rendant hommage à Nelson Mandela, le père, lui de la rainbow nation, était une excellente idée. Puis en seconde partie, ce furent des extraits d’une comédie musicale des années 30 «Anything goes» au scénario aussi rocambolesque que gentiment désuet dont Hollywood fit plusieurs adaptations y compris la mélodie éponyme  chantée en mandarin version kitsch dans un des épisodes de la saga Indiana Jones. Dans l’imaginaire de tout le monde, comédie musicale rime avec certes des duos sentimentaux et romances sirupeuses dégoulinantes de guimauve mais aussi, et peut-être surtout, décor au technicolor résolument flamboyant et danses aussi virevoltantes que sophistiquées. La version proposée dans la magnifique salle du conservatoire était bien trop statique et seules les images projetées en fond d’écran apportaient un peu de ce rêve paillette indispensable pour traduire cette atmosphère si spécifique… De fait, c’était plus une référence au cinéma muet avec accompagnement piano live. Si en chœur, les adultes s’en sortaient pas trop mal, individuellement c’était nettement plus aléatoire à une ou deux exceptions près… Quant à la chef, certes remplaçant au pied levé une autre interprète, elle avait besoin du livret pour les paroles…                                                                                                               Prochain rendez-vous samedi 25 janvier 17 heures à la Chapelle Royale avec de la musique trad et renaissance.

Publicités
Cet article, publié dans Musique, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s