Racines

téléchargement (1)Une histoire singulière et on ne peut plus intimiste puisque c’est de l’histoire familiale de la réalisatrice dont il s’agit, pour porter une parole plus universelle, voilà la genèse du moyen métrage présenté hier à  la médiathèque de Rodez dans le cadre du mois du film documentaire. Évoquer  un peu plus d’un siècle de colonisation de Madagascar par la France, jusqu’à nos jours, ses imbrications et conséquences économiques, politiques et sociétales induites, le tout via la parole enfin reconnue de femmes sur plusieurs générations, c’était le pari de la réalisatrice Diane Dègles avec ce premier film autant courageux que pudique «  Blanche là-bas, Noire ici ». Un récit à la croisée de deux cultures et civilisations, mêlant images d’archives en noir et blanc mélancoliques et un peu surannées, et souvenirs poignants d’aujourd’hui filmés en couleurs, au plus près de ces femmes lesquelles témoignent de leurs vies, de leurs doutes et surtout de leurs difficultés d’êtres entre deux territoires et identités. Déracinées, trop longtemps muettes et résignées, peu à peu elles lèvent le voile sur ce « consensus silencieux » qui avait force de loi,  un héritage d’omerta où la honte devait rester  ignorée. Plusieurs points de vue se font écho: la domination sans partage du colon blanc, l’exploitation spoliation d’un peuple et d’un pays, et pour finir l’exil vers « le mirage français » et l’installation dans les années 70 dans le bocage normand, une tout autre vie qui s’ébauche, une intégration délicate à conquérir au quotidien. Ces regards croisés multi générationnels au féminin sont une source d’informations surprenantes sur la complexité de la colonisation, les brassages de populations locales, créoles, métisses ou zanatanes, les dominations des uns, les humiliations des autres. Un film sur la mémoire et sa transmission nécessaire pour transcender son propre destin, autant dire une autopsie sans complaisance qui transcende  les enjeux intra familiaux et donne à comprendre une page de notre Histoire contemporaine trop souvent occultée en métropole. La projection se prolongeait ensuite par un débat particulièrement  riche en émotions partagées.

Publicités
Cet article, publié dans Cinéma, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s