La route des Indes

téléchargement (1)Il y a deux  ans déjà, à la même époque,  le public avait découvert à la Galerie Foch une exposition de Sonia Privat, des carnets de voyage ramenés de Zanzibar qui lui ont valu de nombreux prix. Cette fois, avec « India Express »,  c’est à un périple haut en couleurs dans le nord de l’Inde, de la grouillante Delhi aux confins des déserts du Rajasthan, du Taj Mahal mythique aux ghâts plongeant dans le Gange sacré , via Khajurâho et ses célèbres fresques érotiques du Kama Sutra entre autres étapes, auquel on est convié. Un voyage de trois semaines en avril 2012, source de multiples croquis, photos, estampes et autres aquarelles qui seront la base d’un long travail décliné ensuite sur de multiples supports. Sur les cimaises, une  soixantaine de peintures, majoritairement sur toiles dans des encadrements de palettes de récup du meilleur effet, quelques huiles sur bois plus imposantes et d’autres tableaux  plus réduits. Comme les prix de ses œuvres sont élevés elle les propose aussi sous forme de produits dérivés genre affiches, cartes postales ou marques pages voire même regroupées en un seul volume publié par les Editions Magellan les bien nommées. Mais l’essentiel n’est pas là. Pour tous ceux qui veulent s’imprégner de l’atmosphère si spécifique que dégage ce pays, mélange surprenant de spiritualité manifeste, de business revendiqué lequel côtoie la plus extrême misère, des parfums capiteux de redoutables currys en saris safranés chatoyants, de sâdhus fascinants déambulant au bord des routes, de la vitalité d’un peuple aussi incroyable que déroutante, embarquement immédiat.  Ni Bollywood tout de flamboyance ni  l’âpreté de Slumdog Millionnaire, ce sont des instantanés bienveillants et chaleureux sur la vie de  gens simples dans leur quotidien, où des portraits de femmes en soieries safranées sur fond de vieux journaux en sanskrit font écho à des frimousses d’enfants absolument lumineuses via la sagesse de vieillards aux  visages  burinés.                                 L’œil du voyageur bien sûr mais celui du témoin d’abord, son regard est juste et authentique beaucoup plus que juste un regard. Namasté.                                                         Une exposition à voir tous les après-midis jusqu’au 8 décembre.

Publicités
Cet article, publié dans Exposition, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour La route des Indes

  1. sonia privat dit :

    Merci beaucoup pour ce bel article, je m’en doutais, j’aime beaucoup votre écriture!
    avec toutes mes amitiés Sonia
    PS est-ce que je peux le publier sur facebook??

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s