Habeas corpus

téléchargement (2)C’est l’âge de tous les possibles, Rimbaud lui-même y a consacré un poème- « on n’est pas sérieux quand on a 17 ans » – et Isabelle, en vacances en famille au bord de la mer, se délecte avec gourmandise de l’été qui s’étire entre insouciance et séduction. Son monde d’adolescente,  elle a décidé de s’en affranchir ce qui signifie pour elle perdre sa virginité pour rejoindre ce monde des adultes qui semble la fasciner à l’extrême. De retour à Paris dans son très chic établissement Henri IV, elle va s’inventer une nouvelle vie, lycéenne le jour, escort girl clandestine grâce à  internet  pour messieurs argentés (dans tous les sens du terme) en fin de journée. Jusqu’au moment où cette dualité existentielle éclate au grand jour avec son lot de crises intrafamiliales, comme un révélateur des relations compliquées voire conflictuelles qui s’étaient lentement installées. Jeune fille qui grandit et bouscule tout et tous,  interdits à transgresser ou provocations fougueuses, c’est au travers de sa sexualité, y compris ses dérives ou ses limites, et du pouvoir qui en découle, que l’héroïne va faire son apprentissage. « Jeune et jolie » de François Ozon   présenté à Cannes est une plongée au plus intime, toute en délicatesse pour tracer entre pudeur et crudité, le portrait de cette ado plus en rupture qu’en révolte. Ce  passage vers la prostitution occasionnelle, non pour raison économique mais par défi et par recherche de soi-même, ne laisse pas indifférent. Des images très soignées, une caméra  fluide, une bande son rythmée par des chansons de Françoise Hardy aussi nostalgiques qu’élégantes et Marine Vacth  fragile, vibrante et éclatante de sensualité dans le rôle principal, tout concourt à faire de ce film une introspection réussie dans ce monde toujours surprenant pour les parents, quand les enfants ont grandi trop vite, quitté une certaine innocence idéalisée et dont l’émancipation souvent construite en s’opposant demeure toujours un mystère.                                                                                                                         Comme un instantané en forme de  témoignage en phase avec l’air du temps.

Cet article, publié dans Cinéma, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s