Ring parade

téléchargementBrillant, grandiose et inventif. On ne saurait mieux dire pour résumer l’extraordinaire soirée proposée conjointement par La Baleine et la M.J.C. de Rodez. Sur scène, un quatuor à cordes tout ce qu’il y a de plus classique en livrée de gala et queue de pie, et en parallèle six boxeurs-danseurs aussi félins qu’athlétiques en tenues connotées avant-guerre, sans oublier un arbitre pince sans rire, faux bedonnant à souhait genre culbuto indestructible. Voilà pour les protagonistes de ce spectacle singulier «  Boxe Boxe », que propose la compagnie Käfig, dans un décor aussi intelligent que sophistiqué, arabesques de ferronnerie et ring délimité par des cordes… sauf que ce n’est que trompe l’œil et apparence car en perpétuelle mutation.  De l’entrainement indispensable à suer sang et eau face au punchingball à l’échauffement progressif avec sparring-partner, de l’entrée étonnante en peignoirs légendaires jusqu’aux combats spectaculaires, entre chorégraphie aérienne et corps à corps sublimés, c’est une atmosphère incroyable qui enveloppe le plateau et saisit la salle entière, subjuguée devant tant d’audace et de brio. Kung-fu ou hip-hop, savate ou capoeira,  break dance ou gymnastique, boxe traditionnelle ou combats de rues, la puissance musculaire fait écho à l’esthétique des déplacements, le charisme évident des uns à la fougue débordante  de sensualité des autres. C’est juste parfait de bout en bout, tant les danseurs multiplient les performances ahurissantes en adéquation absolument synchrone avec l’orchestre faussement nonchalant. Chaque duel, chaque défi, chaque assaut, n’est que prétexte pour mettre en valeur la fulgurance et la souplesse des sportifs ou  la virtuosité des  musiciens. Aux crochets, directs, swings et autres uppercuts improbables, répondent des envolées ou acrobaties somptueuses, c’est délié et limpide, rigoureux et  surprenant. Ces tableaux successifs exaltent chaque mouvement, chaque figure, chaque échange, c’est autant la dimension physique des corps que  la grâce gestuelle que l’on magnifie. Ce pari ahurissant d’une scénographie fabuleuse de créativité porte la signature de  Mourad Merzouki dans le rôle du metteur en scène qu’il résume avec modestie d’une formule : « la boxe c’est déjà de la danse ». Probablement, mais transcender ainsi deux disciplines aussi codifiées pour en faire cette  magie fusionnelle devient cette production ébouriffante d’intelligence que prolonge encore davantage les compositions éclectiques magistralement interprétées.     Une alchimie subtile pour un spectacle absolument génial.                                                                                                                                            

Publicités
Cet article, publié dans Divers, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s