Very nice trip

imagesC’est une escale musicale totalement différente de celle de l’an dernier que proposait l’association Ardemus et les chorales des collèges Kervallon de Marcillac, Fabre et lycée Foch de Rodez, Jean Moulin plus les CM de l’école des Genêts d’Onet. Back to the seventies, ses utopies alternatives et ses espoirs  insensés, héritage de la beat generation et de la culture underground,  le temps de tous les possibles. Et donc tous les choristes ont le look vintage garantie d’époque, cheveux tombant jusqu’aux épaules, bandanas, foulards flashy ou fleurs pour les égayer, tuniques ou robes amples du meilleur gout, petit top sexy et lunettes ray ban, c’est Woodstock ou Wight  69 en revival, tout en sérénité décontractée et confiance partagée, ne manquent que l’encens et  le patchouli.  Just a brick in the wall. C’est le départ pour « Flower power » un voyage initiatique au long cours qui revisite les standards de cette époque sur des variations très personnelles. Non-violence et liberté, respect et tolérance, des valeurs universelles qui sont réaffirmées avec générosité et enthousiasme et font chaud au cœur. La salle de la Baleine est comble et se prend à vibrer à l’unisson. All we need is love. Des intermèdes décalés ajoutent le soupçon légèrement farfelu mais nécessaire pour mieux évoquer cet âge d’or de la culture hippie, laquelle a fait souffler une énergie et une fraîcheur qui ont bouleversé le paysage idéologique dominant. On the road again. Pink Floyd ou Rolling Stones , Simon and Garfunkel ou Steppenwolf, Who ou Joe Cocker,  des invitations pour d’autres ailleurs qui se succèdent et installent un patchwork entre philosophie new age et spleen mélancolique. Lucy in the Sky with Diamonds. Pour ajouter à cette atmosphère si particulière un groupe rock Pagan Plaster participe aussi à la soirée et ponctue régulièrement le concert d’envolées métalliques ou plus suaves… Pour les inconditionnels de la chanson francophone, il y a aussi du Cabrel ou du Fugain notamment. Chaque musique ou mélodie n’est que prétexte pour distiller du plaisir et les mines réjouies des élèves font plaisir à voir. Dans le rôle des gourous bienveillants et disponibles qui ouvrent d’autres perspectives, œil toujours aux aguets et direction théâtrale à souhait, marquent le tempo ou lancent des chorégraphies improbables sur des rêves de  Californie, L.A., ça s’impose, alias Laurence Albinet, sans oublier Pascal et Cécile Rabatti ou Jérôme Rouzaud. Un spectacle tout en nostalgie ouatée et convivialité contagieuse.  Peace, love and fun.

Publicités
Cet article, publié dans Divers, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Very nice trip

  1. FILLOUX RABATTI Cécile dit :

    Merci Jean-Jacques, le complément en mots toujours élégamment orchestrés de nos intentions musicales… On sait dans ces moments-là pourquoi on aime ce que l’on fait!

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s