Anne woman show

téléchargementC’était le deuxième passage à Rodez  d’Anne Roumanoff, cette fois-ci à l’Amphithéâtre, quelques années après la salle des fêtes d’Onet. Toujours égale à elle-même, dans sa sempiternelle robe rouge et chaussures assorties, pendant plus d’une heure et demie non-stop,  elle dégaine à tout va et se fait un plaisir de disséquer les travers de la vie actuelle avec force bons mots, répliques percutantes et autres aphorismes qui n’épargnent personne. Et comme l’actualité politique en particulier ne manque pas de sel, elle en rajoute sur les travers des uns ou des autres avec malice et impertinence. Diplômée de Sciences Po Paris, ce petit monde elle le connait très bien, rien ne lui échappe et ses coups de griffes sont acérés et argumentés. De l’euro au triple A, du Sofitel au compte en Suisse, des patrimoines transparents aux tergiversations du gouvernement, du président rebaptisé « Candide promotion Voltaire », des rodomontades de l’opposition au danger des extrêmes, elle tape fort et astucieux. Outre ce sujet favori sur lequel elle se permettra même des variations sous forme de fables en alexandrins ou de maximes dans un français qui fleure l’ancien régime, elle croque aussi des instantanés très  inspirés sur les djeuns accros à facebook ou qui révisent le bac, les démêlés avec son banquier, le stagiaire en entreprise sans avenir en version rap… Elle excelle aussi pour caricaturer les sportifs tout de vacuité, incapables d’aligner deux phrases sensées ou, avec une pancarte « Sauvons les riches », ou des cours de coach en bien-être intérieur avec accent québécois en prime, lorsqu’elle raille l’opulence indécente des uns qu’elle oppose très vite à ses origines modestes et métissées, une grand-mère lithuanienne  l’autre juive marocaine, auxquelles elle déclare devoir  « son physique hybride , yeux slaves bridés et bassin méditerranéen » . C’est de l’autodérision touchante et qui fait mouche. Parodie de télé-réalité ou anniversaire de mariage, les sketches se succèdent sans temps mort pour offrir cette galerie de portraits particulièrement bien léchés. La salle jubile et ne manque pas une miette de cet humour corrosif. Aucune vulgarité ou coups au-dessous de la ceinture, pas de démagogie gratuite, elle fait le pari de l’intelligence du spectateur, et ce n’est que du bonheur.                                    Du punch, du rythme, du feeling, des reparties cinglantes et de la sensibilité qui affleure à bon escient, voilà la trame d’un spectacle excellent de bout en bout.                                                                                     

Publicités
Cet article, publié dans Humour, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s