Top chef

téléchargementAprès une soirée inaugurale en septembre, c’était cette semaine le retour à La Baleine de l’Orchestre National du Capitole de Toulouse devant une salle comble. Un programme est distribué à l’entrée avec bizarrement en photo de couverture, l’orchestre en compagnie de son chef habituel Tugan Sokhiev alors qu’aujourd’hui, au pupitre, ce sera un autre chef qui officiera, en l’occurrence Joseph Swensen, musicien accompli à l’humilité souriante en bandoulière… Et c’est parti pour un voyage tout en élégance au cœur de la musique allemande du XIXème siècle que l’on était convié. Étaient au menu des œuvres de Johannes Brahms, de Robert et Clara Schumann, une page tout à fait  particulière quand on sait les liens qui ont uni pendant plusieurs années ces trois compositeurs. Geste précis et sans emphase, regard déterminé et œil de velours, fougue et énergie sont les ingrédients nécessaires pour solliciter l’orchestre qui très vite ronronne de plaisir. C’est de la musique délicieuse et feutrée, onctueuse ou légère, piquante ou épicée qui enrobe chaque morceau. La sérénité fait écho à la fougue, la quiétude aux envolées plus rugissantes, ça pétille et ça étincelle à tout va. Parmi les grands moments qui ouvrent l’appétit, une succession de romances, scherzo ou intermezzo que le chef interprétera en tant que violon solo, face au public. Là, il donnera vraiment toute la gamme de son art, proposant tour à tour avec son archet des variations tantôt acidulées tantôt plus relevées de pièces plus succulentes les unes que les autres. Du caractère, beaucoup de tempérament, voilà pour caractériser ce spectacle maîtrisé d’un peu plus d’une heure, lequel  s’achèvera par une symphonie toute en retenue et harmonie, comme un zeste de subtilité ultime pour prolonger ce concert gourmand croquant. Un regret cependant, le chef et l’orchestre s’en tiennent strictement au programme, tout le programme mais seulement le programme. Aucun rappel ou petit bonus supplémentaire, c’était le plat du jour dans sa version cuisine gastronomique certes, servie sans  fioritures mais avec trop de  parcimonie. On aurait volontiers repris une part de gâteau.                                                                                                     

Publicités
Cet article, publié dans Musique, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Top chef

  1. anissa kate dit :

    Félicitations pour ce super site. A+ !

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s