Tous citoyens !

 

téléchargement (9)Il accompagne son film depuis plusieurs semaines un peu partout en France, il a fait escale pendant une  semaine en Aveyron et était présent mercredi soir au Royal pour animer un débat à l’issue de la projection de «  Tous cobayes ? », son dernier opus en date. Il, Jean- Paul Jaud, un historique de Canal , chaîne  qui d’ailleurs l’a aidé en coproduisant de même  que la région Poitou-Charentes chère à Ségolène Royal et la ville de Caen où enseigne Gilles-Eric Séralini, ce chercheur dont les travaux sur les rats nourris au maïs OGM Monsanto et au Roundup ont défrayé la chronique. Il faut dire que les résultats sont effrayants tant excroissances, difformités et autres maladies ont décimé l’échantillon de 200 animaux suivis sur une longue période. De manifestations des faucheurs volontaires en audience devant les tribunaux, de témoignages de Corinne Lepage à José Bové ou Michèle Rivasi, des expériences d’agro-écologie au Sénégal aux terres dévastées de Fukushima, c’est un constat qui fait  froid dans le dos que dresse ce documentaire. Liant  « les deux plus grands scandales de l’histoire de l’humanité, que sont aux yeux du réalisateur, la manipulation génétique et l’énergie nucléaire », ce film accumule images chocs et déclarations édifiantes sur les concussions des lobbies agro-alimentaire ou militaro- industriel,  pour confisquer la biodiversité, réduire les paysans, en particulier du tiers monde en quasi esclavage « par le racket sur les semences » et mettre impunément en danger la santé de tout un chacun.  Ce film tourné dans l’urgence et porté par la voix off de Philippe Torreton résonne d’abord comme un cri d’alarme pétri de sincérité qui fait le point à un moment donné sur le combat inégal entre pot de terre et pot de fer, avec, dans le rôle de David, des villageois japonais qui ont réussi après plus de 20 ans de  manifestations hebdomadaires à faire plier un géant local du nucléaire et à préserver leur île minuscule, incroyable d’audace et de détermination…                                 À l’issue de la projection, des échanges avaient lieu avec le public animés notamment par Attac, Europe Ecologie les verts et la Confédération Paysanne qui évoquaient aussi bien la lutte de Notre-Dame-des-Landes  que la nécessité du principe de précaution, le pari des énergies renouvelables et de la sobriété que la force de la désobéissance civile… l’aube d’un autre monde possible.                                                                              

Cet article, publié dans Cinéma, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s