Histoires sans paroles

téléchargement (1)Incontestablement quand on voit les Baccala Clowns et leur spectacle « Pss …pss »  on ne peut  s’empêcher de penser au cinéma burlesque, ce style du temps du  muet qui connut ses heures de gloire avec Harold Lloyd ou Buster Keaton entre autres. Et sur ces images se superpose la musique d’une émission mythique portée par un ragtime reconnaissable entre tous qui les magnifiait à jamais, une émission qui dura plus de vingt ans, et berça tant de générations, c’est dire. Car c’est bien de souvenirs que se nourrit ce spectacle, de rêves, de fantaisies et de clins d’œil. Elle, Camilla Pessi, couettes à l’horizontale, vêtements disparates flashy et bottines rouges, lui, Simone Fassari, teint blafard et pantalon trop court retenu par des brettelles, les dégaines improbables de deux  ahuris qu’un petit rien suffit à émouvoir ou à décontenancer.  Une pomme sortie d’une boite à goûter rétro, prétexte à quelques joutes délicieusement surannées, on sourit, mais bon, on reste un peu sur sa faim. Puis tout s’accélère, la  musique devient plus sautillante, les acrobaties miniaturisées prennent leurs envols, les porters farfelus se succèdent et l’on se laisse embarquer. Un numéro de diabolo, un accordéon un peu traînant,  une trompette volontairement décalée ou un trapèze haut perché, permettent des fantaisies entre équilibre improbable et joyeuse cacophonie. C’est rebondissant de souplesse et malicieux à ravir. Mais le meilleur réellement hilarant et assez unique, est un numéro avec  une échelle… sauf que son utilisation de farfelue devient réellement iconoclaste et surréaliste, de son errance dans la salle de la M.J.C. pleine à craquer à sa fonction inattendue d’objet musical. Soufflant au travers de ses barreaux, elle devient l’unique instrument d’un concerto décalé aussi surprenant que fantasque. C’est d’une exceptionnelle folie douce, entre corne de brume et vent du large, doublée de poésie et d’humour, tout de séduction irrésistible.                                                                                                                                    Champions du mime et d’expressions retenues, sans un seul mot prononcé, ils sont capables de faire à tout moment d’un spectateur lambda une partie intégrante de leur univers et recevaient, du public enthousiaste, une ovation méritée.

Publicités
Cet article, publié dans Cirque, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s