Saint – Honoré

images (7)C’est au fin fond du Périgord, dans sa ferme où elle mitonne une gastronomie de terroir de haute volée que Danièle Delpeuch reçoit un envoyé spécial de l’Elysée. Nous sommes en 1988 et le président Mitterrand qui vient d’être réélu lui propose de devenir sa cuisinière personnelle, celle des diners privés ou de famille. Et c’est ainsi qu’elle débarque au Château pour préparer au chef de l’état, à sa demande, une cuisine de campagne authentique qui lui rappellerait celle de sa grand-mère … Quelques années plus tard on la retrouve au beau milieu de nulle part, sur une base scientifique en Antarctique où elle œuvre au quotidien dans des conditions spartiates pour régaler tout le personnel. C’est donc en parallèle que l’on suivra ces deux expériences aussi semblables sur le fond qu’aux antipodes sur la forme. Car à l’Élysée, La Du Barry comme on la moque, détonne et attise les jalousies et pas seulement parce qu’elle adore servir du foie gras ou des truffes. Chaque jour avec son seul assistant spécialiste en  pâtisserie, elle doit s’imposer face à toute la brigade de la cuisine centrale, laquelle ne veut ni l’accepter, ni reconnaitre son talent. Ici, tout respire l’ancien régime, tout n’est que courtisanerie onctueuse, entregents et ronds de jambe, petites vengeances et coups fourrés, là-bas, chaleur humaine, sincérité, convivialité et respect. Médiocre cuisine de  pouvoir auprès du monarque, fut-il républicain, ou pouvoir de la cuisine qui réchauffe les cœurs et les âmes, côté obscur de l’ingratitude des puissants auquel fait écho la solidarité, la camaraderie et la reconnaissance sur la base australe, c’est cette recette passionnante que nous dévoile Christian Vincent avec son film  «  Les saveurs du palais » adaptée de cette véritable histoire  .Et comme dans le rôle principal, Catherine Frot, l’œil pétillant et la verve succulente, est absolument exquise, tant nos papilles que nos  neurones frétillent de gourmandise.                                                                                                                                              Un film subtil à savourer sans modération.

Publicités
Cet article, publié dans Cinéma, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s