Et au milieu gronde la colère

téléchargementC’était un moment tout-à fait singulier que ce spectacle « Entre dos aguas » proposé dans l’après-midi à la M.J.C. dans le cadre de l’Estivada . D’abord, plusieurs minutes dans le noir et le silence avec simultanément projetées sur l’écran, en fond de scène, des images d’archives, une crue déchaînée, depuis la Retirada des républicains espagnols à l’exil du Dalaï-lama, de la répression de Tien-an-men à la bombe d’Hiroshima, du célèbre discours de Martin Luther King aux marches des paysans sans terre etc… Puis, apaisante, la musicalité d’un bâton de pluie et trois musiciens qui s’installent. A la voix chaude de l’un répond la dextérité diabolique du guitariste via l’excentricité bouillonnante du batteur, lequel mène le groupe. De murmures qui enflent en souffles débordants, impétueux, violents ou déchainés, c’est de l’énergie à l’état pur qui éclabousse, un torrent  tourbillonnant qui enfle encore et encore. Ils revisitent ainsi aussi bien « No pasaran » qu’ « El pueblo unido » l’hymne du Chili d’Allende via « Se canta » entre autres, avec des tonalités et des harmonies qui hésitent entre convivialité du griot, ardeur  prédicatrice et  ferveur incandescente. Puis, à cette indignation tumultueuse succède la force et la détermination tranquille, celle qui irrigue d’espérance, avec en parallèle des images superbes depuis les profondeurs abyssales des océans jusqu’aux sommets enneigés…Venue de nulle part, jaillit alors sur scène telle la Venus de Botticelli, une danseuse de flamenco, robe sévillane lumineuse, tour à tour  rouge du sang de la révolte, noire de la force du deuil et enfin pastel azuréen pour inonder de sensualité ce spectacle absolument magnifique de bout en bout. Le public subjugué,  presque en apnée, de la salle archi-comble rentre alors quasiment en transes, profitant aussi bien d’instants de silence comme partie intégrante du concert que de vagues successives de fureur et d’écume.                                                                                                                                            Un spectacle hypnotique et hors normes, limpide et flamboyant, qui bruisse de fracas et de passion.

Publicités
Cet article, publié dans Musique, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s