Carpe diem

téléchargement (3)Trois femmes de trois générations se retrouvent pour un weekend dans la maison de campagne familiale. Il y a Virginie, trentenaire  « en pleine mutation »  toujours à courir le vaste monde, sa tante Françoise, en plein doute existentiel de la moitié de vie, directrice de marketing dans une grande société et qui vient d’être plaquée et Angèle la plus ancienne, mémoire vive et œil pétillant. Elles vont, à l’ombre d’un parasol accueillant, effeuiller ensemble ou individuellement l’album de leurs souvenirs. Les premières fois pudiques ou émouvantes, les rêves ou les illusions, le temps qui passe et la vie que l’on se donne, le travail fantasmé que l’on garde à jamais enfoui dans un coin, les rencontres qui façonnent, les espoirs ou les déceptions, le besoin du psy ou la dictature du poids… tout est évoqué par petites touches avec beaucoup de retenue. Construit à partir de témoignages recueillis directement auprès de femmes de tous horizons entre 18 et 70 ans, ce spectacle maladroitement intitulé « Tranches et tronches de vie » nous plonge au cœur de l’intimité de chaque héroïne mais aussi dans les soubresauts de notre Histoire récente, tout particulièrement du cataclysme sociétal et de mœurs de mai 68 au travers de vidéos ou d’affiches devenues mythiques. Cela oblige parallèlement chaque spectateur à faire lui aussi son propre bilan, entre idéal et compromis nécessaires, le romantisme révolutionnaire concassé par le quotidien. Créatrice d’une ligne de vêtements plus ou moins ethniques et responsables pour l’une, un pari sur le futur, antiquaire, gardienne de la mémoire pour l’autre, les deux plus jeunes se retrouveront à la fin aux obsèques voulues joyeuses et colorées de leur aïeule pour un moment de pensée partagée tout empreint d’optimisme et de confiance qu’éclairent des pétales de roses éparpillés un peu partout… bouleversant. La troupe « On y va » venue de la région parisienne a su rendre vibrant ce kaléidoscope mémoriel non seulement grâce à des textes sensibles, mais aussi avec quelques pas de danse, de mimes ou  au travers  de morceaux de musiques emblématiques qui jalonnent indéniablement ce siècle.                                             Ce spectacle subtil se déroule sous les auspices bienveillants de Simone de Beauvoir ou d’Alain Resnais, de Gaudi ou d’Hollywood,  de Madonna ou d’Elsa Minnelli, c’est dire s’il brasse juste, large et intelligent.  Une vraie réussite.                                                                             

Publicités
Cet article, publié dans Théâtre, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s