Gaucho très classe

09_HM_31MARS11Cette semaine, c’était une heure musicale très classique dans sa forme avec un trio piano, clarinette et violoncelle, lesquels étaient à l’honneur à la Chapelle Royale pour un concert particulièrement soigné en deux parties très distinctes. Tout d’abord, le rendez-vous s’ouvre avec une œuvre d’Alexander von Zemlinsky, un compositeur autrichien souvent qualifié de post-romantique expressionniste, où chaque allegro explose de vitalité, enchevêtrant harmonieusement énergie, rythme et lyrisme, ce qui permettait à chaque instrumentiste de se mettre tour à tour en valeur. Mais le meilleur restait à venir, avec une deuxième partie beaucoup plus colorée puisque consacrée à Astor Piazzolla et sa version vue de Buenos Aires des Quatre saisons qu’il écrivit en hommage à Vivaldi. Mais de ce tango nuevo argentin qui sent bon le mate, l’asado ou la pampa, on eut un arrangement plutôt inhabituel dû à l’absence du traditionnel bandonéon aux sonorités si caractéristiques, mélange de douleur et de passion. Il n’en demeure pas moins que c’était langoureux à souhait, incandescent et enflammé au besoin, séduisant ou plus nostalgique aussi, au gré du temps qui lentement s’écoule, et que c’était avec bonheur et délectation qu’on se laissait volontiers envouter. Aussi ardent que flamboyant, inventif qu’entrainant, c’était un moment fort qui laissait la part belle à l’imaginaire, une symphonie d’images et de saveurs estampillées voyage au long cours et qui, Pigüe oblige, parle toujours intensément aux cœurs des aveyronnais. Les spectateurs visiblement séduits  remerciaient de leurs applaudissements nourris la prestation réussie des trois interprètes.                                                                                                                             Changement de programme pour la prochaine rencontre du samedi 28 avril, puisqu’en lieu et place d’une improvisation en direct de musique de films comme initialement prévue à l’auditorium Sainte-Catherine, ce sera un quintet de jazz toujours à la Chapelle et toujours  à 17 heures.

Publicités
Cet article, publié dans Musique, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s