Conversations secrètes

images (4)« Chatroom » d’Enda Walsh, c’est vraiment une pièce de théâtre qui tombe à pic et plonge au cœur de l’intimité des ados d’aujourd’hui. Ce spectacle a été sélectionné pour être présenté  aux élèves de  4ème des établissements scolaires qui participent à l’opération collège au théâtre.                                                                Noir complet, seul le bruit de claviers qui fonctionnent en continu à vitesse grand V se détache,  puis la lumière se fait sur le plateau, et on découvre  un cyberespace: quelques chaises vides puis six jeunes qui vont s’approprier ce lieu : six teenagers, garçons et filles mêlés, look immuable et interchangeable  de djeuns ordinaires qui, dès qu’ils ont  un moment filent sur internet, qui pour alimenter son blog, qui pour chatter sur un quelconque forum, qui simplement pour tromper son ennui …  Et chacun d’avoir un avis sur tout et n’importe quoi, des livres pour jeunes comme Charlie et la chocolaterie à la musique de Britney Spears, de Nirvana à Harry Potter et sa créatrice. Mais parmi ceux qui sont derrière l’écran, il y a en a un plus fragile que les autres, tendance suicidaire naissante car mal dans sa  peau, écartelé entre le sentiment d’abandon jadis par son père et sa mère qui l’étouffe. Incompris chez lui, il cherche sur le net des oreilles attentives d’abord pour l’écouter, se confier, s’épancher au besoin… Sauf que se jouent entre tous ceux qui sont connectés sur la toile, conflit de pouvoir, manipulation, anxiété et malaise palpables. Dépressif ou anorexique, fanfaron ou séductrice, cœur tendre ou tête de bois, chacun se jauge, se teste ou se confronte … et malheur aux faibles. Les masques tombent derrière les profils fantasmés et autres identités clonées, les commentaires vont bon train et l’irréparable semble inéluctable. Par la magie de la vidéo, le virtuel devient possible, le traumatisme originel sera évacué et un happy end final apaisant conclura cette tragi-comédie qui explore les tréfonds insondables de l’adolescence actuelle, bien loin de l’âge ingrat de jadis, et reflète formidablement l’air du temps.                                                             Le talent des six jeunes acteurs de la troupe belge Théâtre de Poche y est pour beaucoup, justesse et provocation, humour froid et vachard ou sensibilité exacerbée, tout y est pour scotcher le public. Et les intermèdes d’images obsessionnelles, de musiques trépidantes ou de danses initiatiques, prolongent longtemps dans les mémoires cette analyse remarquable d’une jeunesse qui se cherche et hésite entre rébellion, affection et reconnaissance.

Publicités
Cet article, publié dans Théâtre, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s