« Pravda ! »

images (2)C’est effectivement la vérité que recherche inlassablement la famille d’Anna Politkovskaïa  assassinée froidement au pied de son immeuble le 7 octobre 2006. Et hélas son nom ne fait que s’ajouter à une liste toujours plus longue, année après année, comme ceux de la journaliste d’investigation Natalia Estemirova, la militante Zarema Sadulayeva, responsable d’une organisation caritative pour les enfants, l’avocat Stanislav Markelov et tant d’autres, depuis que Poutine et sa bande ont sciemment décidé de faire taire tous ceux qui enquêtent et se battent contre son pouvoir tyrannique. Lui et se sbires contrôlent les médias, truquent les élections et se maintiennent coûte que coûte au pouvoir, déployant une chape de plomb sur l’information libre et honnête. Le documentaire projeté cette semaine dans la grande salle de la médiathèque  « Lettre à Anna »   d’Eric Bergkraut s’inscrivait dans le prolongement de la pièce donnée quelques jours plus tôt à la M .J.C. sur cette conscience du journalisme devenue bien malgré elle une icône.Ce film s’ouvre sur ce crime mais ensuite grâce à des images plus anciennes, on revient sur le parcours de cette journaliste courageuse confrontée tous les jours à la guerre de Tchétchénie, à l’indicible de crimes d’état, contre la censure, aux menaces de mort qui pèsent réellement sur tous ceux qui veulent faire connaître ce qui se passe dans le Caucase, à la tragédie au quotidien. Des images de vidéo surveillance qui captent l’exécutant aux conclusions politiques quant aux commanditaires, c’est à une plongée funeste au cœur de la répression que le spectateur est confrontée. Glaçante et effroyable. Le contraste entre les plans du dictateur Ramzan Kadyrov, sa milice privée, faisant bombance ou sur le champ de courses font écho aux séquences où les proches de la victime expriment leur désarroi temporaire face à l’instruction judiciaire dont on devine aisément qu’elle n’aboutira jamais ou sinon sur des lampistes, leur fierté et leur admiration, en fait leur détermination sans faille qui recule toujours plus les limites du courage.                                                                        « La liberté est un long travail »  avait coutume de dire Anna Politkovskaïa , elle qui faisait l’honneur de la rédaction de Novaïa Gazeta, ce témoignage poignant soutenu par Amnesty International, Reporters sans frontières ou la Ligue des Droits de l’Homme rend hommage à juste titre à « une femme exceptionnelle » .                                                                           Prochain rendez-vous à la médiathèque jeudi 23 février toujours à 18 heures avec «  Tage des regen » un doc allemand sur la vie de paysans vietnamiens. Entrée libre et gratuite.                                                                              

Publicités
Cet article, publié dans Cinéma, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s