Croquer la vie à pleines dents

images (3)De l’énergie à revendre et un cœur gros comme ça, les babines gourmandes et les yeux malicieux, tels sont les  Ogres bienveillants de la fratrie Burguiére : Fred , Sam, Mathilde et Alice au pays des merveilles. Ils étaient déjà venus plusieurs fois ces dernières années en Aveyron, que ce soit à Arvieu ou à Skabazac, sauf que depuis leurs débuts il y a plus de quinze ans, et  600 000 albums vendus plus tard, ils ont pris de plus en plus d’envergure. Leur spectacle actuellement en tournée, bâti autour du dernier opus en date «  Comment je suis devenu voyageur » embarque le public dans une farandole où l’intime côtoie le féerique, les sentiments personnels y font écho à l’émotion partagée. Une machinerie incroyable sur scène tient lieu de décor à vocations multiples, tantôt chapiteau de cirque d’où s’élance un acrobate avec ses rubans, écran vidéo aux images en abîme, boite à musique d’où surgissent les musiciens, estrade improbable pour crier sa douleur ou ses espoirs, tout est possible … Un facteur aussi désopilant que celui de Jacques Tati distribue missives et colis en tous genres qui sont autant de prétextes à une succession de tableaux sonores ou visuels qui font le bonheur des sens. Leur univers attachant qui rend souvent hommage aux humbles et aux laissés pour compte se déclinent au gré de leurs envies, de furia tzigane que n’aurait pas désavouée Emir Kusturica en délires de cuivres pour son versant festif exubérant, etc… De ballades prometteuses d’amours en révolte sincère, l’anarchie joyeuse et l’indépendance assumée,  ils surgissent toujours là où on ne les attend pas . Et comme à eux quatre, ils touchent à peu près à tous les instruments, scie musicale et  soubassophone inclus, c’est une parade toujours renouvelée qui se déroule sous nos yeux. Des tranches de vie quotidienne où la complicité revendiquée réchauffe les âmes en citoyenneté de combat, c’est à un spectacle très abouti et haut en couleurs que les nombreux spectateurs réunis cette semaine à l’Amphithéâtre de Rodez étaient invités.

Le quatuor de rappeurs ruthénois de M.P.1.2. avait ouvert la voie aux Ogres de Barback lesquels, l’enthousiasme communicatif chevillé au corps et l’inspiration en bandoulière  ne se ménagent pas, aussi c’est au-delà de minuit qu’ils ont achevé ce concert inventif et  poétique à souhait.

Une nouvelle escale toute de plaisir et de chaleur humaine sur la route de leurs aventures.

Publicités
Cet article, publié dans Musique, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s