Objectif Najac

images (7)Depuis qu’il y a posé ses valises, Jean-Henri Meunier filme Najac et surtout ses habitants sous toutes les coutures. C’est ainsi qu’il a déjà réalisé en 2003 « La Vie Comme Elle Va » qui sera suivi en 2006 par « Ici Najac, à vous la Terre ». Hier, il était venu présenter en avant- première au Royal à Rodez « Y a pire ailleurs  » le troisième opus de sa saga  non hollywoodienne, lequel  sera à l’honneur au Festival de Berlin en février prochain, avant une sortie nationale le jour du printemps, le 21 mars 2012. On retrouve bien sur la gare de Najac, laquelle est pour lui aussi incontournable que celle de Perpignan pour Salvador Dali, et autour s’articulent les différentes séquences qui sont autant d’occasion de brosser les portraits d’authentiques gueules, ses voisins et copains qui sont les incontournables de son village. On croise ainsi pêle-mêle, le clown toujours prompt à jouer l’Internationale sur divers  instruments farfelus, le vieux pote mécanicien lunaire qui accumule dans son garage quantité d’objets plus hétéroclites les uns que les autres ou fait collection de poupées, le chanteur hilare, la fermière qui plume et prépare les volailles, le retraité philosophe à ses heures ou le paysan voyageur et responsable… C’est pour le réalisateur l’occasion de prendre son temps et de brasser large. Les tours du World Trade Center qui s’écroulent via la télé ou la radio ne sont ainsi que l’irruption presque fortuite de l’extérieur dans leur monde presque intemporel bien à eux. Aller à la pêche, tuer le cochon, dépecer un chevreuil ou discuter autour d’un verre sont  pour tous ces personnages des repères essentiels qui rythment la convivialité de leur village. D’aucuns trouveront ces petits moments qui font chaud au cœur et définissent une certaine idée de vie comme l’essence même de l’existence, pour d’autres cela est vain, suranné et inconsistant. Avant tout ce sont des instantanés mis bout à bout, filmés au plus près des gens, pour témoigner d’une certaine nostalgie, nostalgie que visiblement la plupart des spectateurs présents dans la salle partagent.

A l’issue de la projection, Jean-Henri Meunier, sourire communicatif aux lèvres, échangeait volontiers avec le public.

Publicités
Cet article, publié dans Cinéma, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s