Liberté, je chante ton nom

téléchargement (1)50 ans pour l’une, 21 ans pour l’autre. Amnesty International fondée en 1961 par un avocat anglais Peter Benenson, révolté que deux étudiants portugais puissent être condamnés à 7 ans de prison pour avoir porté un toast à la liberté sous la dictature de Salazar est hélas toujours nécessaire si non plus que jamais tant les injustices et les prisonniers politiques sous toutes les latitudes sont encore trop nombreux. Pour fêter ce triste anniversaire, le groupe de Rodez avait fait appel à la Chorale de Decazeville, En sol Mineur, dont les premiers pas datent de 1991, accompagnée pour l’occasion du groupe de clarinettistes, Des Copains d’Accords. Ces deux formations en solo ou ensemble ont uni chaleur conviviale et enthousiasme à toute épreuve pour un concert dans l’église Saint-Amans, samedi dernier. Au programme, des chants du répertoire classique comme six nocturnes de Mozart ou le Stabat Mater de Zoltan Kodaly ou des grands noms de la musique française du siècle dernier tels Saint-Saëns ou Gabriel Fauré, mais aussi des œuvres plus contemporaines comme un extrait d’Astor Piazzola ou un final d’un incontournable de Brassens avec sa Chanson pour l’Auvergnat. Et d’ailleurs, finir avec ce poète, auteur compositeur interprète, libertaire devant l’éternel, rétif à tout ordre établi, est un beau symbole, qui plus est toujours d’actualité. Récemment en France, en mai 2011 très précisément, un homme a été condamné par le tribunal correctionnel  de Rennes pour outrage à 40 heures de travail d’intérêt général et 100 €uros d’amende pour avoir chanté en juillet 2009 « Hécatombe »de notre Georges national, au nez et à la barbe de policiers. Comme quoi la liberté d’expression est un droit toujours très fragile y compris dans les pays dits démocratiques et se doit d’être défendue becs et ongles. La trentaine de choristes sous la direction de leur chef, François Mailhé, et les quatre musiciens, tous amateurs, ont ainsi uni talents et convictions pour offrir espoir et énergie à une juste cause. D’un élan de cœur et de générosité, ils et elles, ont su faire un hymne symbolique porteur d’espérances futures pour le plus grand bonheur du public présent, lequel les a chaleureusement applaudi.                                                                                                                                                   La liberté mérite de telles notes.

Publicités
Cet article, publié dans Musique, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s