Escale occitane pour Antoine

03_HM_19NOV11Il a du coffre et beaucoup de  présence, Antoine Charpentier, dont c’était la Carte Blanche ce samedi, à la Chapelle Royale. Pendant son concert, accompagné par deux acolytes, l’un à l’accordéon, l’autre avec différentes guitares, c’est à un voyage dans les profondeurs de la mémoire qu’il nous a convié. L’essentiel du répertoire traditionnel  qu’il a revisité sont des chansons ou compositions collectées ici ou là, dans cette Occitanie si vaste, auprès de différents musiciens ou violoneux du Limousin à l’Auvergne, du Languedoc-Roussillon jusqu’à Midi-Pyrénées. Ce long travail de recherches, d’écoutes, et de rencontres est empreint d’une réelle authenticité qui transparaît lorsqu’il est derrière le micro. C’est comme un excellent goût d’Estivada au soleil déclinant d’automne, avec des envolées fringantes et vivifiantes qui font passer une bourrasque de fraîcheur sur des textes surannés ou des mélodies un peu assoupies. C’est gouleyant à souhait, tonique, et tellement  énergisant que nombre de spectateurs avaient visiblement des fourmis dans les jambes. Il faut dire que sa maîtrise des cabrettes en tous genres et autres boudègues dont il démultiplie les sonorités si spécifiques en modifiant sans cesse les jeux de tuyaux, fait plaisir à voir. C’est du grand art, qui, de bourrées diaboliques en scottishs  survoltées, de polkas piquées résolument punchy en mazurkas trépidantes ou voluptueuses, déménage avec bonheur et passion.  Parmi ce rendez-vous trop vite passé, deux moments vraiment intenses d’émotions à distinguer. Tout d’abord, Yannick Delclaux, qui, sur une composition de Marc Peronne, tirait de chaque note de son instrument une alchimie rare entre brûlure ardente et intime conviction. Autre moment superbe, Antoine Charpentier interprétant  « La complainte des trois petits enfants » un chant qu’il transcende d’ une telle ferveur, que de profane, elle en devient presque liturgie sacrée ou cantique de rédemption, d’une incandescence crépusculaire fulgurante.

Sans aucun doute, une des meilleures heures musicales proposées récemment.
Prochain rendez-vous samedi 3 décembre toujours dès 17 heures, avec le big band pour un pot pourri de chansons françaises.

Publicités
Cet article, publié dans Musique, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s