Bonne tenue en Meslay

téléchargement (7)C’est un tout autre genre d’humour qui attendait les spectateurs pour la 3ème soirée de Rire Onet . Tout d’abord il y eut  « En attendant Julio » avec Angel Ramos Sanchez dans le rôle d’un impresario déstabilisé par le retard de sa star et qui est donc obligé de meubler devant le public. Un one man show version minimaliste qui s’appuie essentiellement  sur le mime de situations improbables, scaphandre, corrida  ou chimpanzé, tout en gestuelles et en  humour froid façon Garcimore, un de ses compatriotes, pour s ‘achever sur un numéro de prestidigitateur, le tout donne un résultat très mitigé.Ensuite vint Albert Meslay, la moustache frissonnante, toujours dans un registre solo pour son spectacle « l’ Albertmondialiste », avec juste un pupitre et deux chaises pour occuper l’espace. Là c’est bienvenue à un trapéziste iconoclaste des idées, un farfelu d’un illogisme implacable, un jongleur toujours à triturer en tous sens les mots ou les concepts les plus insolites pour en extraire jusqu’à la dernière goutte de malice. C’est une construction méticuleuse d’une philosophie de l’absurde doublée de sentences surréalistes ou d’aphorismes déconcertants qui, comme un puzzle patiemment reconstitué, s’emboîtent parfaitement. Sur le champ, on peut aussi bien s’interroger sur le réchauffement de la planète et ses changements géopolitiques induits que sur le tourisme sexuel à relocaliser, la lutte des classes que la vie des poissons, les retraites ou la mort. Tout à tour susurrés comme des évidences dont il faut se méfier ou déclamés avec une conviction toute oratoire, chaque calembour, maxime ou pensée laisse pantois tant cela suppose d’ingéniosité et de subtilité. Et il y a toujours ces enchaînements aussi inattendus qu’ espiègles pour ces exercices de fantaisie cérébrale de haute volée. On pense aussi bien à Raymond Devos qu’à Pierre Desproges et sa minute nécessaire de Monsieur Cyclopède, deux maîtres incontestés de cet univers où le non-sens le dispute à l’humour noir, la folie échevelée à l’ironie distanciée. Et on se souviendra avec gourmandise de quelques sentences définitives à savourer lentement comme par exemple : « Pour mourir de mort naturelle, mangez bio.» A découvrir de toute urgence car les introductions en Meslay et ses poussées successives nous déstabilisent et ne manquent pas de nous faire écrouler de rire. Un Meslay-mélo de bons moments et de plaisirs à partager.

Cet article, publié dans Humour, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s