Europa mit uns

C’était l’évènement à ne pas manquer de ce début d’été: un grand concert commun pour fêter une nouvelle fois le jumelage entre Rodez et Bamberg, élargi à des musiciens de Finlande, de Hongrie et le chœur Polifonija de Lituanie, plus de 130 personnes sur scène sous la direction ô combien compétente de Rolandas Muleika. Et pour l’occasion, l’Amphithéâtre avait quasiment fait le plein. En ouverture ce furent les discours de bienvenue des deux maires, en version originale avec traduction simultanée, sauf que cela traînait un peu trop en longueur (plus d’une demie-heure) juste pour redire tout ce qui avait déjà été écrit dans le remarquable petit livret distribué à l’entrée et congratuler tout le ban et l’arrière ban du microsome politique aveyronnais. A l’heure où une franco-norvégienne brigue l’Elysée où habite déjà une belle italienne, mettre à l’honneur un compositeur britannique et un français, c’est l’Europe de la  création, solidaire, généreuse et ouverte que l’on célèbre. Et, Monsieur Colin, le directeur du Conservatoire de Rodez sut, pour le dire, trouver les mots justes parlant « d’un projet d’entente entre les peuples » et « être artiste : c’est avoir des rêves et les faire partager »

Ensuite place à la musique avec tout d’abord la « Simple symphony » de Benjamin Britten une pièce uniquement pour cordes, toute de douceur et de sérénité avec en particulier le deuxième mouvement tout en pizzicati inventifs et aériens pour installer une atmosphère de convivialité et  de bien-être. Ensuite ce fut « La messe solennelle » d’Hector Berlioz tout en démesure et haute en couleurs où la bravoure dramatique le dispute à la puissance héroïque, où les cuivres ne s’en laissent pas compter et les chœurs ronronnent d’énergie, revisitant la liturgie traditionnelle d’un éclat incomparable. C’est juste absolument parfait d’équilibre entre densité sonore et harmonie subtile, et le public ne s’y trompe pas qui fait à tout l’orchestre un triomphe, applaudissant à tout rompre. Cela nous vaudra une reprise tonitruante du final comme le bouquet ultime d’un feu d’artifices anticipé.

Une soirée vraiment magnifique qui  fera date.

 

Publicités
Cet article, publié dans Musique, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s