Quand l’amer monte

téléchargement (10)Au camping de La Sardine bleue, les habitués sont de retour et se retrouvent comme chaque année, qui, au concours de pétanque, qui, devant sa lessive à étendre, qui, à jouer la bimbo sportive en goguette, qui, à se coller devant son petit écran pour suivre les étapes du Tour de France… Tous ces clients, sous l’œil débonnaire du propriétaire de ce lieu de villégiature, « le capitaine », se font un plaisir de partager leurs vacances entre tentes ou caravanes toujours aux mêmes emplacements. C’est dire si l’arrivée impromptue d’un promoteur parisien qui veut s’accaparer ce terrain pieds dans l’eau pour y construire une résidence haut de gamme va faire des vagues et provoquer l’union sacrée. Faisant fi de chèques mirobolants et de menaces voilées, tous vont mettre la main à la patte pour redonner un brin de jeunesse à cet espace devenu au fil du temps un peu obsolète en termes de normes sanitaires ou électriques par exemple. Il faut en effet faire échec aux « forces du capital et de la spéculation foncière » pour qui il est urgent de passer outre la loi littoral censée protéger nos cotes des bétonneurs de tous poils. Et ce vent de révolte qui souffle nous vaut notamment quelques jolies idées de nostalgie entre autres pour un couple qui se forma jadis dans l’effervescence des manifs. «  Gardarem lou camping » voilà un slogan mobilisateur qui en particulier en Aveyron ne laisse personne indifférent qui plus est, prononcé en ce 10 mai…                                               Cette comédie sans prétention «Au bord de l’amer » d’Yvon Taburet  mise en scène par Antonio Da Silva pour la troupe locale du Théâtre à Moudre faisait l’ouverture du festival de théâtre amateur Premier acte pour sa troisième édition. Le décor soigné entre bar de plage/réception, planche à voile emblématique et tente dernier modèle, installe immédiatement le spectateur devant un monde familier bercé par le bruit de l’eau ou les cris des mouettes. Cette histoire contemporaine se déroule ainsi sans heurs entre clins d’œil et connivence, servie par une interprétation homogène. La sympathie acquise du public ravi de voir triompher David contre Goliath participe d’un succès mérité qui se prolongera à l’issue du spectacle autour de boissons fraîches et de fouace partagées.

Publicités
Cet article, publié dans Théâtre, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s