I had a dream

téléchargement (3)C’était en fin de semaine dernière à la M.J.C. de Rodez . Sur le plateau, la Compagnie Tabula Rasa qui concluait en beauté deux ans de résidence en présentant « Dreamers » une pièce commandée par Sébastien Bournac son metteur en scène à l’auteur australien Daniel Keene. C’est une histoire dans le droit fil du flamboyant « Tous les autres s’appellent Ali » de Rainer Werner Fassbinder, celle d’une dame veuve déjà avancée en âge, Anne, laquelle continue cependant à travailler et qui ne voit sa fille que de temps à autre. Au hasard d’un café ou d’un arrêt de bus, elle croise Majid un jeune immigré turc sans emploi. Ils vont se découvrir de nombreux points communs jusqu’à partager une liaison toute de tendresse et de passion mêlées, au grand dam de voisins scandalisés autant par le fossé générationnel que par la différence de statut social, le tout empoisonné bien sûr d’une touche de racisme ordinaire. C’est la version contemporaine et métissée d’Harold et Maud mais avec un côté beaucoup plus sombre vu la suspicion et la jalousie exacerbées de l’entourage. Le rejet qu’ils subissent au mieux de manière sous-entendue, plus souvent de façon véhémente et assumée de tous ceux qu’ils côtoient, loin de les déstabiliser, resserre davantage leur couple et leur insuffle soif de vivre et enthousiasme. Ce cheminement en parallèle, l’un vers l’autre et ensemble face à l’adversité, repeint aux couleurs de l’espoir ce qui aurait pu s’achever en mélodrame douloureux. La performance des deux acteurs principaux n’y est pas étrangère bien évidemment  mais c’est surtout grâce à une mise en scène fluide et subtile que cette alchimie prend corps. Et le décor qui alterne intérieur cosy pour elle, chambre sans confort ni charme pour lui et un mélange d’ open bar, de coursives et d’escaliers communicants où traînent toujours oreilles et regards indiscrets est un modèle d’intelligence. Il rend palpable le poids oppressant des regards hostiles, envieux voire soupçonneux  face à une évidence de bonheur partagé. Les personnages bien campés et les répliques qui sonnent juste font de ce spectacle une réussite magnifique pour rendre crédible une utopie devenue possible.

Publicités
Cet article, publié dans Théâtre, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s