Circus Follies

téléchargement (4)C’était en fin de semaine dernière dans l’espace des Haras nationaux de Rodez. C’est là que s’était implanté le chapiteau de Baro d’Evel Cirk, une compagnie franco-catalane pour trois représentations. Déjà le chemin qu’il faut suivre pour s’installer dans les gradins sort de l’ordinaire, au sens où, à plusieurs moments, le seul fait de se déplacer nous fait franchir tourniquet ou tentures sonores qui installent une atmosphère très originale. Leur création intitulée « Le sort du dedans » est un mélange inédit de porters acrobatiques à plusieurs mains, de voltige équestre, de mime délirant et de clowneries décalées, au son d’une diva à la voix incroyable et d’une contrebasse tombée du ciel, sans oublier un impressionnant cheval d’une docilité exquise. Trois artistes de cirque multi-talentueux qui enchaînent situations cocasses, mystérieuses ou farfelues avec finesse et  humour. La  piste elle-même n’est pas commune car les spectateurs se retrouvent au milieu d’une double enceinte concentrique, toujours à scruter d’où vont surgir les quatre protagonistes, car le cheval Bonito est lui aussi partie prenante d’une aventure de cirque intime et poétique. Il y a de la folie douce qui souffle constamment et une complicité étonnante entre tous. Des trouvailles visuelles, une inventivité de chaque instant et des situations scéniques étonnantes donnent le tempo. Les moments magiques se succèdent comme par exemple un parallèle  façon miroir entre les acrobaties du couple et celle du contrebassiste avec son instrument. Cela tient à la fois de la virtuosité et du clin d’œil, idem pour un dialogue frappadingue avec le cheval en anglais, qui plus est, pour réveiller une improbable Cendrillon à escarpins rouges. La proximité de la piste rend palpable aussi  bien le souffle de l’étalon ou le martèlement des sabots que l’élan de la voltigeuse, la sensualité des corps qui se confrontent que la musique envoûtante. Quelques figures de haute école pour Bonito, un concert inédit de percussion corporelle que la chanteuse Camille elle-même n’aurait pas désavoué et tant d’autres choses encore font de ce rendez-vous co-organisé avec Derrière le Hublot un moment remarquable dont on sort émerveillé et conquis.

Les trois circassiens Camille, et oui c’est aussi son prénom, Blaï Mateu et Thibaud ont une aptitude rare, celle de faire du cirque contemporain une symphonie enchantée qui fera date dans l’imaginaire de chacun.

Publicités
Cet article, publié dans Cirque, Humour, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s