Diam’s, une vraie perle

images (1)Ouverture de la nouvelle saison de l’amphithéâtre  samedi soir avec un rendez-vous consacré à la chanson française actuelle. Une première partie assuré par Toma, lunettes noires et cheveux tirés en arrière qui la joue clone de Corneille sur la quête de l’identité, importance des racines etc… c’est sans surprise. Ensuite on change résolument de catégorie. D’abord sur scène un décor qui fait dans la démesure. Des lasers et des lumières stroboscopiques qui éclaboussent, des murs de sons impressionnants qui crachent du décibel en veux-tu en voilà, un escalier glamour qui clignote de mille feux, c’est flashy, pimpant et résolument d’enfer. Pas de doute,  Mélanie Georgiadès alias Diam’s a la pêche. Entourée de trois choristes, d’un piano et d’un D. J. derrière des platines, elle  embrase littéralement une salle déjà acquise. Tout au long de son show de plus deux heures elle multipliera les costumes passant du jean au pantalon camouflage, du bustier paillette au sweat-capuche via l’indispensable casquette, toute la gamme de la panoplie vestimentaire des djeunz dont elle assume, avec un plaisir non dissimulé, d’être devenue en peu de temps une icône. Surtout pour les filles, ses sœurs, ses copines. Elle enchaîne les titres de son dernier album « Dans ma bulle » ou d’autres plus ancien version  « Brut de femme » avec aisance et décontraction., il y a autant de la complicité assumée que de la passion revendiquée. Ça déborde d’énergie et de punch. Et comme elle est très communicative la salle ne demande qu’à se laisser entraîner. Ça balance et ça kiffe grave- « ça déchire à Rodez » lancera-t-elle plus tard à son public presque en apesanteur. On retrouve la sincérité de la rebelle qui n’hésite ni à lancer un appel à s’inscrire sur les listes électorales ni à dénoncer le front national, revendique la fraternité ou le métissage voire laisse percer des failles plus intimes. Véritable lutin survolté monté sur ressort qui virevolte à tout va, la tchatche décapante et le flow intarissable, elle donne au hip hop une dimension nouvelle. Diam’s est un vrai bijou.

Publicités
Cet article, publié dans Musique, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s